Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2017

Guy Sajer / Historama N°238

En parfait complément du livre « Le Soldat Oublié » de Guy Sajer ; qui vous est présenté via la note suivante ; nous vous proposons également :  

 

Historama N°238 ( Septembre 1971 )

« La tragique aventure d’un Alsacien de 17 ans sur le front Russe »

 

Sommaire :

La tragique aventure d’un Alsacien de 17 ans sur le front Russe / par Guy Sajer

( 21 pages, illustrées par de nombreuses photographies issues de la revue Signal )

 

Les Français à l’assaut des Dardanelles / par Jérôme Carcopino

Pourquoi j’ai approuvé les accords de Munich / par Georges Bonnet

Comment la France abandonna Dupleix et les Indes / par Pierre Gaxotte

Triomphes inconnus du contre-espionnage Français / par Louis Garros

Rudolf Hess livrera-t-il ses secrets avant de mourir ? / par J.B Hutton

 

162 pages – 220 grammes – 24 x 16,5 cms.

Etat = les plats (couv' et quatrième de couv') présentent quelques petites traces de stockage et/ou manipulation(s), mais rien de bien grave… pas de manques ni de déchirures, le magazine est toujours bien compact et l'intérieur est en parfait état !

Tout à fait O.K bon pour le service >>> 5 €uros. / Temporairement indisponible!.  

 

SAJER-03_Historama.jpg

Ailleurs = de 3,5 à 6,5 € sur priceminister (pour des exemplaires allant de "moyen" à "bon",

les "couvertures déchirées" à 1,50 n'entrant, bien sûr, pas en ligne de compte).

7 ou 10 €uros sur amazon.fr / 10 €uros sur chapitre.com / 14,95 €uros sur le-livre.fr

19 €uros (!!!) sur livre.fnac.com et gibertjeune.fr

SAJER-04_Historama.jpg

SAJER-05_Historama.jpg

SAJER-06_Historama.jpg

SAJER-07_Historama.jpg

SAJER-08_Historama.jpg

SAJER-09_Historama.jpg

SAJER-10_Historama.jpg

SAJER-11_Historama.jpg

Guy SAJER : Le soldat oublié

Guy SAJER : « Le soldat oublié »

 

Guy Sajer n’a pas 17 ans quand, en juillet 1942, il endosse l’uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l’Alsace. A cause de son jeune âge, il n’est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages. Dès novembre, l’hiver s’abat sur la plaine russe ; le froid, la neige, les partisans rendent la progression des convois extrêmement difficile : jamais l’unité de Sajer n’atteindra Stalingrad qu’elle devait ravitailler ; la VIe Armée aura capitulé avant. Mais Sajer sait déjà que la guerre n’est pas une partie de plaisir, que survivre dans l’hiver russe est déjà un combat. Et pourtant, ce premier hiver, il n’a pas vraiment fait la guerre. La vraie guerre, celle du combattant de première ligne, il la découvre lorsqu’il est versé dans la division Gross Deutschland, division d’élite, avec laquelle, à partir de l’été 1943, il va se trouver engagé dans les plus grandes batailles du front d’Ukraine, quand la Wehrmacht plie sous l’offensive russe. De Koursk à Kharkov, de jour comme de nuit, dans la boue, la neige, quand le thermomètre marque –40° degrés, sous le martèlement terrifiant de l’artillerie russe, face aux vagues d’assaut d’un adversaire désormais puissamment armé et qui ne se soucie pas des pertes, les hommes de la Gross Deutschland, portés toujours aux endroits les plus exposés, toujours en première ligne, combattant à un contre vingt, connaissent l’enfer. La bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr (la Bérésina à l’échelle de la Seconde Guerre mondiale) constituent, vécus au niveau du simple soldat, deux des plus hauts moments de ce récit d’Apocalypse. Plus tard, quand le front allemand s’est désagrégé, quand l’immense armée reflue, aux combats réguliers s’ajoutera la lutte contre les partisans, plus sauvage et plus impitoyable. Plus tard encore, c’est la retraite des derniers survivants de la division d’élite à travers la Roumanie et les Carpathes jusqu’en Pologne. Dans l’hiver 1944-1945, Sajer et ses camarades sont lancés dans les combats désespérés que les Allemands livrent en Prusse-Orientale pour interdire l’entrée du Vateriand aux Russes. C’est encore Memel, où l’horreur atteint à son comble, et Dantzig, au milieu de l’exode des populations allemandes de l’Est. Enfin, malade, épuisé, Sajer sera fait prisonnier par les Anglais dans le Hanovre… Si ce récit de la guerre en Russie ne ressemble à aucun autre, s’il surpasse en vérité, en horreur et en grandeur tout ce qui a été écrit, ce n’est pas seulement parce que l’auteur a réellement vécu tout ce qu’il rapporte, ce n’est pas seulement parce que, sous sa plume, les mots froid, faim, fièvre, sang et peur prennent l’accent et la force terrible de la réalité, c’est aussi parce que Sajer sait voir et faire voir dans le détail avec une puissance de trait vraiment extraordinaire. Alors, le lecteur ne peut douter que tout ce qui est rapporté là est vrai, vrai au détail près ; il sait de science certaine qu’il n’y a pas là de "littérature", pas de morceaux de bravoure – mais que c’était ainsi : ainsi dans le courage et ainsi dans la peur, ainsi dans la misère et ainsi dans l’horreur…

 

Le Livre de Poche / 1971 / 695 pages / 350 grammes.

Une légère trace de pliure sur le premier plat ainsi qu’une fine marque de cassure sur la tranche, mais l’ensemble n’est pas mal du tout… la tranche n’est quasiment pas incurvée (ce qui est plutôt rare pour un Livre de Poche aussi épais !) l’intérieur est propre et sain, il est assez rare de pouvoir trouver cette version en aussi bon état !!!…

>>> 5,80 €uros. / Vendu!

 

SAJER-01_Poche.jpg

 

Egalement disponible en version grand format :

Guy SAJER : « Le soldat oublié »

Robert Laffont – 1967 – 543 pages – 24 x 15,5 cm – 690 grammes.

Broché (reliure souple), couverture rempliée (comme une jaquette), carte au verso du premier plat.

Etat = bords de plats (par endroit) très légèrement frottés, ainsi qu’une petite déchirure (restaurée avec soin) en haut de quatrième, côté tranche. Aber so, rien de bien grave… et comme les plats sont toujours bien brillant, que la tranche n’est pas cassée (!!!) et que l’intérieur est comme neuf ; ce ne sont pas ces infimes défauts qui m’empêcheront de l’estampiller comme BON !!!…

>>> 12 €uros. / Vendu!

 

SAJER-02_Grand-Format.jpg

 

Ailleurs (au format poche) = entre 3,50 et 10 €uros sur priceminister.

(Selon les états... et les vendeurs !)

Ailleurs (grand fomat) = entre 8,50 et 13,50 sur Priceminister

entre 10 et 16 €uros sur livre-rare-book.com / entre 10 et 30 €uros sur ebay.

 

--------------------------------------------

 

> Interview de Guy Sajer, 39-45 Magazine, décembre 1993.

 

------------------------------------------------

 

Mes parents sont nés sur la terre, à quelque mille kilomètres de distance.

D'une distance encombrée de difficultés, de complexes étranges, de frontières entremêlées, de sentiments équivalents et intraduisibles. Moi, j'ai abouti de cette alliance, à cheval sur cet ensemble délicat avec une seule vie pour débattre tant de problèmes. J'ai été enfant, mais cela est sans importance. Les problèmes existaient avant moi, et je les ai découverts.

Puis il y a eu la guerre. Je l'ai alors épousée, parce qu'il n'y avait guère qu'elle a l'âge que j'ai eu, moi aussi, lorsque l'on est amoureux.

Je fus brutalement comblé. J'avais soudain deux drapeaux à honorer, deux lignes de défense, l'une Siegfried, l'autre Maginot, et puis aussi de grands ennemis à l'extérieur. J'ai servi, j'ai rêvé, j'ai espéré. J'ai eu également froid et peur sous le portail où jamais n'est apparue Lilli Marlène.

J'ai dû mourir aussi un jour, et depuis, rien n'a eu tellement d'importance.

Alors, je demeure ainsi, sans regret, désolidarisé de toute condition humaine.

( Guy Sajer )

 

----------------------------------------------- 

 

"Le soldat oublié" occupe une place à part dans les témoignages sur le front de l'Est. Il possède une force propre et une puissance unique dans l'évocation de ce que fut la guerre contre le bolchevisme et de tout ce que vécurent les soldats pendant presque quatre années. En France, la plupart des témoignages sur cette épopée concernent d'anciens Waffen SS mais ici, c'est celui d'un jeune Franco-Allemand de la Wehrmacht. Sous le casque à 16 ans, en 1942, Guy Sajer sera d'abord convoyeur de trains puis passera l'année suivante dans la fameuse division Grossdeutschland dans laquelle il restera jusqu'à la fin de la guerre. "Le soldat oublié" est le récit de la guerre à l'Est vue par un jeune soldat qui, quelques années après la guerre, écrira au cours d'une maladie ce qu'il avait vécu durant trois ans.

Peut-être plus que dans aucun autre récit, l'horreur du front russe y est décrite d'une façon très détaillée qui frappe le lecteur par l'intensité de son évocation. Ici, sans concession, est racontée la guerre vécue par un garçon qui y enterrera son adolescence entre le sang, la faim et la peur. Aucun enjolivement ne fut apporté à ce récit qui frappe par son intensité et nous plonge au cœur de la vie quotidienne de tous ces hommes, de leurs peurs et de leurs épreuves. L'auteur a mis son cœur et ses tripes dans ce récit, cela en renforce le côté émouvant et la force. C'est en effet le récit des désillusions; à la fin, la guerre est perdue, les camarades morts ou emprisonnés, la fiancée berlinoise perdue ou morte, les survivants ne sont plus que des parias… La guerre est plus qu'un souvenir, c'est un traumatisme. Robert Dun disait que "Le soldat oublié" était l'un des meilleurs ouvrages sur la seconde guerre mondiale. Il avait raison.

Le livre a d'ailleurs connu un grand succès: vendu à plus de 3 millions d'exemplaires, traduit dans près de 40 langues, il a également été primé.

Chronique signée Rüdiger,

pour « Le Cercle Non Conforme »

(http://cerclenonconforme.hautetfort.com/) 

  

12/08/2016

Jean LARTÉGUY et Marc FLAMENT : Les dieux meurent en Algérie.

Lartéguy & Flament : 

Les dieux meurent en Algérie.

 

Texte de Jean Lartéguy / Photos de Marc Flament.‎

 

Présentation :

« Il n’y a pas que les hommes, les dieux meurent aussi en Algérie, toutes nos bonnes vieilles idoles d’Occident avec leurs grands principes.

Ils avaient régné sur les cités Helléniques, sur Périclès, Platon et les Jeux Olympiques, sur le sénat romain et les juristes en toge, sur les catacombes et les cloîtres romains. Ils avaient été la chevalerie et la trêve de Dieu, le panache d’Henri IV et les petits marquis de Fontenoy, les dieux en Carmagnole de 1789 et ceux casqués de bleu des tranchées de Verdun, les dieux de Montaigne et de Pascal, de Bossuet, de Diderot, de Voltaire et de Saint-Just, dieux à la tripe républicaine, marqués de la fleur de lys ou de l’abeille des Bonaparte, les dieux de Notre-Dame et de la Grande Loge, de Péguy et d’Anatole France.

En vieillissant, ils avaient pris du ventre et des manies de vieillards égoïstes, confinés dans des asiles. Souvent, il nous arrivait de les tourner en ridicule et le plus souvent de les oublier. Mais de les voir agoniser sur la Terre d’Afrique nous rappelle soudain combien ils nous étaient encore indispensables ; ils faisaient toujours partie de nous-mêmes.

Car la guerre d’Algérie n’est pas une guerre comme les autres. Elle fait table rase de beaucoup de nos illusions : elle n’exige ni vainqueur, ni vaincu mais va bien plus loin dans ce qu’on nomme le sens de l’histoire. Elle chasse les nomades de leurs tentes et les envoie dans les camps de regroupement ; elle entoure de barbelés les mosquées et les églises, transforme les écoles en casernes et les casernes en écoles. Elle laisse les soldats à leur solitude et leur désespoir, incertains, désemparés mais serrant contre eux leurs mitraillettes comme si elles étaient désormais leur seule justification et leur seule certitude.

Rebelles et forces de l’ordre en arrivent insensiblement à livrer le même combat et de la même manière, un combat sans pitié et sans trêve, un combat sans issue qui ne connaît ni le jour ni la nuit, qui se place au-delà du Bien et du Mal, dans le monde glacé de l’efficacité ».

 

C'est l'image cruelle d'une guerre qui n'est pas comme les autres.

Des bords d'un oued aux sables sans fin, apparaît le visage glacé de l'efficacité et ces fleurs écrasées rencontrées en chemin : des ruines noircies, la détresse d'un blessé, un visage d'enfant. Ensemble Lartéguy et Flament nous donnent un grand livre… comme il en paraît seulement quelques-uns par génération.

 

« J'ai arrêté d'être soldat parce que j'avais pris une grenade dans les jambes. C'est comme ça que j'ai commencé à écrire. J'ai suivi la fin des grands empires coloniaux, l'époque était fascinante, c'était l'écroulement d'un monde. » (Jean Lartéguy) ‎

 

Ré-édition de 1998 (aux éditions : Trésor du Patrimoine) de l’ouvrage originellement paru en 1960, aux Editions de la Pensée Moderne.

88 pages – 30,5 x 23,5 cms – 790 grammes.

60 photographies N&B de Marc Flament, reproduites pleine page ou double page, commentées par Jean Lartéguy.

 

Etat = quelques infimes mini-micro-traces de lecture et manipulations… mais du genre que seuls les maniaco-maniaques dans mon genre prennent la peine de signaler ! Car l’ensemble : plats, tranche, intérieur est propre, sain, et en excellent état ! Un exemplaire qu’on peut sans problème, et sans hésiter, estampiller comme très bon.

 

>>> 23 €uros. / Vendu ! N'est plus disponible.

 

Lartéguy_Dieux-Algérie_01.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_02.jpg

Ailleurs (et pour cette édition de 1998) : … 

De 30 à 39,95 €uros sur Priceminister.

De 22 à 40 €uros (et plus) sur Amazon.fr / 28 £ sur abebooks.co.uk 

Lartéguy_Dieux-Algérie_03.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_04.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_05.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_07.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_08.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_09.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_10.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_11.jpg

05/08/2016

James BLISH : Séquence Sigma

James BLISH : « Séquence Sigma »

 

Dans la rue adjacente, quelqu'un avait crié. Il y eut un grincement déchirant de freins de voiture et un bruit de pneus qui dérapent, puis le fracas de deux masses de ferraille qui se heurtent violemment.

Puis il y eut d'autres hurlements, une explosion sourde et… d'autres hurlements encore, stridents, déchirants, insupportables. Les gens couraient…

Danny, lui, n'avait pas bougé.

Un mois plus tôt, il avait pris le même chemin, et il avait entendu les mêmes cris, le même fracas. Ce jour-là, il avait couru. Mais, dans la rue adjacente, il n'avait rien vu d'autre que le flot habituel des employés. Pas d'accident, pas de foule hystérique, rien… Et c'est pour cette raison qu'il avait eu peur la seconde fois d'aller voir au coin de la rue. Car rien ne prouvait que la seconde expérience soit plus réelle que la première…

 

Editions Clancier-Guénaud – 1987.

234 pages – 21,3 x 15,2 cms – 375 grammes.

Etat = Quelques p’tites marques de stockage/manip’ sur les plats ainsi que de menues salissures sur les tranches papier… mais rien de bien grave… d’autant que l’intérieur est propre et sain et la tranche non cassée ! 

>>> 3,70 €uros. / disponible.

 

James-Blish-01.jpg

 

Tout commence de façon plutôt banale, avec un thème rebattu, celui des pouvoirs psy.

Danny perd son emploi pour avoir confondu les faits avec ce qu'il a acquis par une forme de prescience qu'il n'a jamais cherché à exploiter. Désireux d'en savoir plus, il parvient, d'une part, à développer ses pouvoirs et, d'autre part, à déjouer le complot d'une confrérie Psi désireuse d'asseoir sa domination…

L'intrigue oscille entre le roman policier et le récit de science-fiction. Assez datée en elle-même, par le mode de narration et certains personnages stéréotypés, elle atteint cependant des sommets dans ses délirants développements spéculatifs, la maîtrise des pouvoirs psi offrant la possibilité d'explorer les univers parallèles, grâce à la Séquence Sigma.

Pour donner des assises scientifiques à ses hypothèses, James Blish en appelle au principe d'incertitude d'Heisenberg, à la constante de Planck, à la théorie quantique en général, ce qui, pour un roman écrit en 1949, donne une idée de la curiosité scientifique de ce jeune homme d’alors 28 ans.

Blish s'est toujours intéressé à la parapsychologie, à la magie, à l'occultisme, qu'il a cherché à traiter de façon rationnelle ou à mêler à la science-fiction (cf l’excellent Pâques noires ou Le Lendemain du jugement dernier). Avec la Séquence Sigma nous ne tenons pas un grand roman sur le plan narratif ou même de l'écriture, mais voilà néanmoins un livre fort réussi au niveau des idées qu'il agite, voire audacieux.

(Noosfere.org / Claude ECKEN)

28/06/2016

Bob MALOUBIER : Plonge dans l’or noir, espion !

Bob MALOUBIER :
"Plonge dans l’or noir, espion !"

Laissé pour mort ici, prisonnier là, la France libre et le maquis, les parachutages en Indochine dès 1945, ce n’est encore pour Bob Maloubier qu’un prologue. Fondateur du 11ème bataillon de choc et des nageurs de combat d’Aspretto, recruteur et instructeur d’espions, il devient l’exécuteur des hautes et nasses œuvres des services secrets, parfois avec l’aide de truands au grand cœur, tel Jo Attia. Chef de la sécurité au Gabon, mêlé à la guerre du Biafra, côté Nigérian, il plonge dans l’or noir à travers tout le Moyen-Orient en ébullition…
On ne résume pas Bob Maloubier, on le lit. Et comme l’humour, lui aussi, coule à flots, on ne s’ennuie pas. C’est James Bond sous les traits d’un major Thompson.

Robert LAFONT, collection "Vécu", 1986.
413 pages – 15,5 x 24 cms – 600 grammes.
16 pages de reproductions photographiques (N&B, papier glacé) hors-texte.
Broché, reliure souple… très beau portrait de Bob Maloubier sur dernier plat.

Etat = de minuscules micro-frottis en bord de premier plat ; une fine cassure de lecture ; et quelques petits chocs, doublés d’une légère marque de pliure, en haut à gauche (bordure extérieure) de quatrième… mais rien de vraiment grave pour autant, l’ensemble est toujours bien "carré et compact", les plats sont propres et brillants, et l’intérieur est parfait ! Un ouvrage assez rare (comme tous ceux de Bob Maloubier), qui ne demande qu’à faire le bonheur d’un passionné collectionneur.

>>> 22 €uros. / disponible. 

bob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventures
Ailleurs = 25 €uros sur naturabuy.fr / 29,80 €uros sur le-livre.com
De 11,36 (couv légèrement déchirée) à 24,88 €uros (et plus) sur Amazon.fr.
Trois exemplaire, de 18,09 à 35,80 €uros (en passant par 28,90) sur abebooks.fr
De 18,60 à 49,99 €uros sur Priceminister / 40,20 €uros sur chapitre.com
Prix honnête, moyen et conseillé : entre 25 et 30 €uros !

bob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventures

23/06/2016

Claude SEIGNOLLE : Le Rond des Sorciers

Claude SEIGNOLLE : "Le Rond des Sorciers"

On trime dur à la ferme des Mauvents, où le père et le fils Sainjean n'ont pas trop de tous les jours de la semaine pour faire venir sur cette terre sableuse de Sologne un peu de froment et d'herbe à bestiaux – pourvu que ne s'en mêlent ni la sournoiserie des voisins, ni la mauvaise fantaisie des saisons… ni quelque sort vite jeté par les âmes jalouses qui sont légion et ont à leur service plus d'un valet de l'enfer.
C'est qu'en ce XIXè siècle finissant, les campagnes, par-dessous le masque de la sainte religion de M. le Curé, montrent encore, aux heures où gagne l'ombre, le visage païen d'un temps que les gens des villes croient révolu, mais qui persiste à vivre en ces lieux de toute la force du désir des hommes ; de toute la violence, surtout, de leur silence et de leurs craintes.
Claude Seignolle achève d'arpenter ici, entre Sologne et Bretagne, les marches septentrionales de son terroir de prédilection : solitudes braconnières livrées aux griffes de la bruyère et au poison de l'ortie, où bêtes et gens s'ingénient à déjouer les pièges d'un monde gouverné par une volonté décidément énigmatique - bonne ou mauvaise, allez savoir ! – et où les plus forts ont sans doute plus d'un tour sorcier dans leur sac.

Le Grand Livre du Mois (éditions Phebus), 1994.
245 pages – 14 x 21 cms – 320 grammes.
Broché, reliure semi rigide illustrée en couleurs.

Etat = Excellent ! Quelques petites traces de stockages et manipulations, mais vraiment trois fois rien de chez trois fois rien ! L’exemplaire est toujours bien brillant et compact (m’est avis qu’il n’a pas été lu plus d’une fois… et par quelqu’un de très soigneux !?!), et l’intérieur est tout simplement parfait ! Un livre qui se vend 19,95 €, neuf, sur le site de l’éditeur (editionsphebus.fr) et que nous vous proposons ici, en très bon état pour…

>>> 4 €uros. / disponible. 

claude seignolle,sologne,terroir,fantastique,fantastique solognot,sorciers,sorcellerie,diable,malédictions,légendes de nos campagnes,brumes et maraisclaude seignolle,sologne,terroir,fantastique,fantastique solognot,sorciers,sorcellerie,diable,malédictions,légendes de nos campagnes,brumes et marais
claude seignolle,sologne,terroir,fantastique,fantastique solognot,sorciers,sorcellerie,diable,malédictions,légendes de nos campagnes,brumes et marais

Claude Seignolle - Le maître du Fantastique rural

Claude SEIGNOLLE : « Marie la Louve »

Sologne, fin du XIXe siècle. Belle, aimée des siens, Marie est un de ces êtres qui ensoleillent l'existence. Elle a, dit-on, le « pouvoir » de guérir les morsures de loup… L'avenir lui sourit. Elle va célébrer la Saint-Jean avec celui qu'elle aime. Mais lors de cette longue nuit de liesse où les passions et les rancœurs s'exacerbent, l'existence de la jeune fille bascule… Nourrie de mensonges malveillants, la rumeur, que les vents d'hiver semblaient avoir enfoui dans les eaux dormantes des marécages, se réveille, s'embrase et colporte que Marie est l'incarnation du Mal… Ce drame poétique narré avec talent séduit et effraie, la bassesse humaine s'y révélant plus redoutable que les forces occultes.
Un chef d’œuvre absolu… du Maître absolu de ce fantastique « sorcier, sombre et rural » qui fit sa légende. Lawrence Durrell, qui révéla hors de chez nous l'œuvre de Claude Seignolle, n'hésitait pas à voir en lui le plus grand conteur fantastique de notre siècle. Opinion partagée par Cendrars, Mac Orlan, Hubert Juin et quelques autres.

France Loisirs / 1988 / 173 pages / 20,5  x 14 cms / 300 grammes.
Belle reliure cartonnée à l’ancienne, façon papier marbré « à la cuve ».
Etat = Quelques menues traces de manipulation(s) sur la jaquette, ainsi que 2 ou 3 petites rousseurs sur la tranche papier supérieure… sans quoi la reliure et l’intérieur (propre et sain) sont en excellent état.
Bel exemplaire >>> 3 €uros. / disponible.

---------------------------------

Claude SEIGNOLLE : « Le diable en sabots »

C’est ici le Seignolle des campagnes d’antan (la Sologne, le Berri de nos grands-pères) qui nous guide, par des sentiers de lui seul connus, jusqu’aux lisières de la peur : jusqu’à ces carrefours incertains où les fantômes de la légende prêtent soudain leurs traits à des êtres familiers.
Des êtres faits de la même chair et du même sang que nous.
L’étrange forgeron qui s’installe dans le village va, par son allure inquiétante, sa force herculéenne, et par les étranges pouvoirs qu’on lui prête, réveiller la hantise des maléfices chez les habitants et les conduire au meurtre. Un étrange oiseau nocturne sème la terreur : par ses cris il attire irrésistiblement les curieux vers un marais où ils s’enlisent. Une créature chimérique hante les nuits berrichonnes, n’incite-t-elle pas l’homme à devenir une bête sauvage ?…
Autant de récits surprenants où Claude Seignolle envoûte le lecteur par la puissance et l’originalité de ses thèmes alliées à un style charnu et poétique.

France Loisirs– 1991 – 189 pages – 20,5 x 13,5 cms – 320 grammes.
Reliure cartonnée recouverte d’un papier marbré, auteur et titre en doré sur tranche, jaquette couleurs.
Etat = quelques petites marques d’usage sur la jaquette, des extrémités de tranche reliure un peu « talée », mais rien de bien grave… l’ensemble est tout à fait O.K, l’intérieur est propre, sain et toujours bien blanc… et l’exemplaire tout à fait bon pour le service !
>>> 2,80 €uros. / disponible.

SEIGNOLLE_01.jpg
SEIGNOLLE_02.jpg
* * * * *

 

Claude SEIGNOLLE : « La gueule »


Dans la gueule, livre écrit et publié (1959) sous l’impulsion de son ami Blaise Cendrars, Claude Seignolle nous raconte (entre autres) ses années terribles de Seconde Guerre Mondiale, de sa captivité en Allemagne nazie à la résistance en pleine Sologne sauvage. 
A partir de récits et de souvenirs très personnels, Claude Seignolle nous emporte dans des univers à la limite du fantastique. Sa verve de conteur et le don de l’étrange qu’on lui connaît donnent aux événements du quotidien une dimension quasi surnaturelle.
Ainsi les soldats allemands deviennent des loups verts, dont les crocs luisent dans l’obscurité… De même, dans le récit de la capture d’une patrouille allemande en déroute grâce à une gamelle de patates, Claude Seignolle invente un genre nouveau, le fantastique burlesque.
Souvent le cauchemar tient lieu de réalité. La peur, la détresse, la folie ne résistent pas cependant à un rire intérieur qui fait foi en la vie. Car La Gueule, c’est la faim, la faim terrible qui prend l’homme au ventre, qui pousse à toutes les folies, comme un dernier instinct de survie ou de revanche.
La Gueule, se poursuit en Suède, où Claude Seignolle est invité à un repas gargantuesque, dont le récit est ponctué de souvenirs de la France affamée de l’immédiate après-guerre. Enfin, on retrouve notre narrateur au Maroc, où c’est la soif et ses hallucinations qui lui tiendront le ventre… et la Gueule !
Prix Paul-Féval de littérature populaire 1999.

France Loisirs – 1999 – 252 pages – 20 x 13 cms – 280 grammes.
Reliure souple, avec jaquette (couleurs) de protection reprenant l’illustration de couv’.
Etat = excellent ! Nous n’irons pas jusqu’à écrire "comme neuf " vu qu’en regardant bien, en lumière rasante, on arrivera toujours à trouver une ou deux traçounettes sur la jaquette, mais on en est tout de même pas loin ! Disons euh… « très bon + » !!!
>>> 3 €uros. / disponible. 

---------------------------------------

Claude SEIGNOLLE : « La malvenue »  


Dans une ferme de Sologne, où la vie se résume aux durs travaux des champs, naît, au début du siècle, Jeanne Moarc'h, de la Noue, dite la Malvenue, en raison d'une étoile rouge qui la marque au front. La beauté et les désirs de l'adolescente qu'elle devient ne sont pas à la mesure commune; à tous ceux qui l'approchent, elle impose son pouvoir ensorceleur et la sensualité qui escorte chacun de ses gestes va bouleverser le monde où elle se meut. Une suite d'événements tragiques va se produire dans le sillage de la Malvenue...

 France Loisirs - 1989 - 242 pages - 20,5 x 14 cm - 340 grammes.
Reliure cartonnée marron, avec titre et nom d’auteur sur tranche + jaquette en couleurs.
Bon état, quelques infimes marques de manip’ et/ou stockage sur la jaquette, mais trois fois rien de chez trois fois rien ! Reliure en excellent état, intérieur parfait, tout à fait bon pour le service !
>>> 3 €uros. / disponible. 

SEIGNOLLE_03.jpg

21/06/2016

Pauline GEDGE : Les seigneurs de la lande

Pauline GEDGE : "Les seigneurs de la lande"

Au premier siècle après J.C., Rome réalise patiemment et inexorablement sa fantastique entreprise de colonisation et, après avoir envahi la Gaule, pénètre peu à peu dans le Sud-Ouest de l’Angleterre actuelle.
"Les Seigneurs de la lande", c’est l’histoire de Caradoc qui, prenant la tête de toutes les tribus celtes, tente de repousser l’envahisseur. A ses côtés, Eugrain, sa femme, guerrière indomptable, mais épouse infidèle. C’est aussi l’histoire de Gladys, sœur de Caradoc qui, en dépit de sa fierté, tombe amoureuse de Plautius, un général romain. Et celle d’Aricia qui, repoussée par Caradoc, a juré de se venger et pour cela s’allie avec Rome.
C’est enfin l’histoire de Bouddica l’irréductible qui, à la tête de ses derniers partisans, refuse d’admettre la suprématie de l’ennemi et livre, au nom de la liberté, un combat sans merci.

Comme dans "La Dame du Nil" la grande romancière canadienne s'est attachée à faire revivre des personnages ayant réellement existé. Et ceci donne une force singulière à ce fantastique roman dont la richesse historique n'est jamais prise en défaut. 
Là encore, Pauline Gedge réserve une grande place aux femmes puisque ce sont elles aussi qui écrivent l'Histoire. Combattant aux côtés des hommes, l'épée à la main, elles acquièrent un authentique pouvoir de décision. Seules la passion et la jalousie les font parfois faillir et les entraînent sur le chemin de la trahison.
De ce roman jaillissent des combats singuliers, des histoires d'amour, des ambitions déçues, des batailles sans merci, des vengeances cruelles et tout un flot de larmes et de sang. Mais on succombe aussi au charme envoûtant et rugueux des vastes huttes tapissées de peaux de bêtes, des torchères qui grésillent, de la puissante odeur de la venaison et surtout du vent humide et doux qui fait voleter, sur cette terre rousse, une brume légère, si légère…

France Loisirs, 1981.
577 pages – 16 x 24 cms – 840 grammes.
Reliure cartonnée éditeur, entoilée d’orange + jaquette illustrée en couleurs.

Etat = Franchement excellent ! Jaquette bien brillante et sans accroc… reliure parfaite… intérieur parfait… il est quasiment comme neuf !!! Un bon gros pavé (on approche le kilo), qui se lit tout seul et avec grand plaisir !

>>> 4,50 €uros. / disponible. 

pauline gedge,bretagne,rome,bouddica,romans historiques,celtes,romainspauline gedge,bretagne,rome,bouddica,romans historiques,celtes,romainspauline gedge,bretagne,rome,bouddica,romans historiques,celtes,romains

20/06/2016

Rencontres de l'imaginaire / Cuisery, 2016.

Cuisery / Village du livre

http://cuisery-villagedulivre.com/

*  *  *  *  *

25 et 26 juin :

Les RENCONTRES DE L’IMAGINAIRE…

plus d’infos:

Site: 71emedimension.jimdo.com

ou facebook: la-71eme-dimension

cuisery,saône et loire,vide-grenier du geek,rencontres de l'imaginaire,science-fiction,fantasy,fantastique,jeux vidéos,dvds,comics,b.d,mangas,affiches,livres,livres sfff,figurines

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

14/06/2016

Terry GOODKIND : La Première Leçon du Sorcier

Terry GOODKIND :
"La Première Leçon du Sorcier"

(L’Épée de Vérité / Tome 1 )

Résumé : Jusqu'à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt de Hartland. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Dès le premier regard, il sait qu'il ne pourra plus jamais la quitter. Or, elle vient des Contrées du Milieu, territoire séparé de Hartland par une frontière infranchissable ! Et elle n'est pas venue seule. Désormais, le danger rôde dans la forêt. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l'étrangère.
Seul Zedd, le vieil ermite, ami de Richard, peut lui venir en aide… mais ce faisant, il risque de bouleverser le destin du jeune homme. Car Zedd n'est autre que le grand sorcier, réfugié en Terre d'Ouest, que Kahlan vient chercher. Ensemble, les trois compagnons vont s'opposer au tyran Darken Rahl qui règne à présent sur les Contrées du Milieu. Rahl est un fou sanguinaire qui projette de détruire le monde à l'aide d'anciens artefacts, les boîtes d'Orden. Pour tenter de l'arrêter, Zedd fait de Richard le "Sourcier" en lui remettant la légendaire Epée de Vérité. Cette épée lui donne le pouvoir dévastateur de rendre justice, mais l'arme est à double tranchant, car Richard éprouvera la souffrance de tous ceux qu'il tuera…
Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres.
Au nom de l'amour. A n'importe quel prix.

Terry Goodkind est le nouveau prodige de la Fantasy américaine.
En quelques mois, son cycle de "L'Epée de Vérité" est devenu un best-seller international, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires. Pour la première fois depuis Terry Brooks, un auteur a réussi l'exploit de réunir tous les publics sous sa bannière. Traîtrise, aventure, intrigue, amour, tous les ingrédients sont réunis dans ce cycle pour en faire la plus grande fresque de Fantasy depuis Tolkien.

Bragelonne, 2006.
Broché, reliure souple illustrée en couleurs.
638 pages – 15 x 24 cms – 970 grammes.

Etat = quelques marques/traces de lectures, stockage et manipulations diverses (du genre petites pliures, coins de plats légèrement "ourlés", etc.), nous indiquent que le livre a déjà été lu et même relu… mais ça va ; rien de bien grave pour autant.
L’exemplaire, non cassé, est toujours compact et bien brillant… et l’intérieur – bien blanc – est tout simplement parfait ! Un bon gros pavé (pas loin d’un kilo !) qui ne demande qu’à faire le bonheur d’un fan de Fantasy.

>>> 5 €uros. / disponible.

terry goodkind,l’Épée de vérité,richard cypher,kahlan,zedd,darken rahl,heroic-fantasy,fantasyterry goodkind,l’Épée de vérité,richard cypher,kahlan,zedd,darken rahl,heroic-fantasy,fantasyterry goodkind,l’Épée de vérité,richard cypher,kahlan,zedd,darken rahl,heroic-fantasy,fantasy