Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2016

Jean LARTÉGUY et Marc FLAMENT : Les dieux meurent en Algérie.

Lartéguy & Flament : 

Les dieux meurent en Algérie.

 

Texte de Jean Lartéguy / Photos de Marc Flament.‎

 

Présentation :

« Il n’y a pas que les hommes, les dieux meurent aussi en Algérie, toutes nos bonnes vieilles idoles d’Occident avec leurs grands principes.

Ils avaient régné sur les cités Helléniques, sur Périclès, Platon et les Jeux Olympiques, sur le sénat romain et les juristes en toge, sur les catacombes et les cloîtres romains. Ils avaient été la chevalerie et la trêve de Dieu, le panache d’Henri IV et les petits marquis de Fontenoy, les dieux en Carmagnole de 1789 et ceux casqués de bleu des tranchées de Verdun, les dieux de Montaigne et de Pascal, de Bossuet, de Diderot, de Voltaire et de Saint-Just, dieux à la tripe républicaine, marqués de la fleur de lys ou de l’abeille des Bonaparte, les dieux de Notre-Dame et de la Grande Loge, de Péguy et d’Anatole France.

En vieillissant, ils avaient pris du ventre et des manies de vieillards égoïstes, confinés dans des asiles. Souvent, il nous arrivait de les tourner en ridicule et le plus souvent de les oublier. Mais de les voir agoniser sur la Terre d’Afrique nous rappelle soudain combien ils nous étaient encore indispensables ; ils faisaient toujours partie de nous-mêmes.

Car la guerre d’Algérie n’est pas une guerre comme les autres. Elle fait table rase de beaucoup de nos illusions : elle n’exige ni vainqueur, ni vaincu mais va bien plus loin dans ce qu’on nomme le sens de l’histoire. Elle chasse les nomades de leurs tentes et les envoie dans les camps de regroupement ; elle entoure de barbelés les mosquées et les églises, transforme les écoles en casernes et les casernes en écoles. Elle laisse les soldats à leur solitude et leur désespoir, incertains, désemparés mais serrant contre eux leurs mitraillettes comme si elles étaient désormais leur seule justification et leur seule certitude.

Rebelles et forces de l’ordre en arrivent insensiblement à livrer le même combat et de la même manière, un combat sans pitié et sans trêve, un combat sans issue qui ne connaît ni le jour ni la nuit, qui se place au-delà du Bien et du Mal, dans le monde glacé de l’efficacité ».

 

C'est l'image cruelle d'une guerre qui n'est pas comme les autres.

Des bords d'un oued aux sables sans fin, apparaît le visage glacé de l'efficacité et ces fleurs écrasées rencontrées en chemin : des ruines noircies, la détresse d'un blessé, un visage d'enfant. Ensemble Lartéguy et Flament nous donnent un grand livre… comme il en paraît seulement quelques-uns par génération.

 

« J'ai arrêté d'être soldat parce que j'avais pris une grenade dans les jambes. C'est comme ça que j'ai commencé à écrire. J'ai suivi la fin des grands empires coloniaux, l'époque était fascinante, c'était l'écroulement d'un monde. » (Jean Lartéguy) ‎

 

Ré-édition de 1998 (aux éditions : Trésor du Patrimoine) de l’ouvrage originellement paru en 1960, aux Editions de la Pensée Moderne.

88 pages – 30,5 x 23,5 cms – 790 grammes.

60 photographies N&B de Marc Flament, reproduites pleine page ou double page, commentées par Jean Lartéguy.

 

Etat = quelques infimes mini-micro-traces de lecture et manipulations… mais du genre que seuls les maniaco-maniaques dans mon genre prennent la peine de signaler ! Car l’ensemble : plats, tranche, intérieur est propre, sain, et en excellent état ! Un exemplaire qu’on peut sans problème, et sans hésiter, estampiller comme très bon.

 

>>> 23 €uros. / Vendu ! N'est plus disponible.

 

Lartéguy_Dieux-Algérie_01.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_02.jpg

Ailleurs (et pour cette édition de 1998) : … 

De 30 à 39,95 €uros sur Priceminister.

De 22 à 40 €uros (et plus) sur Amazon.fr / 28 £ sur abebooks.co.uk 

Lartéguy_Dieux-Algérie_03.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_04.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_05.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_07.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_08.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_09.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_10.jpg

Lartéguy_Dieux-Algérie_11.jpg

28/06/2016

Bob MALOUBIER : Plonge dans l’or noir, espion !

Bob MALOUBIER :
"Plonge dans l’or noir, espion !"

Laissé pour mort ici, prisonnier là, la France libre et le maquis, les parachutages en Indochine dès 1945, ce n’est encore pour Bob Maloubier qu’un prologue. Fondateur du 11ème bataillon de choc et des nageurs de combat d’Aspretto, recruteur et instructeur d’espions, il devient l’exécuteur des hautes et nasses œuvres des services secrets, parfois avec l’aide de truands au grand cœur, tel Jo Attia. Chef de la sécurité au Gabon, mêlé à la guerre du Biafra, côté Nigérian, il plonge dans l’or noir à travers tout le Moyen-Orient en ébullition…
On ne résume pas Bob Maloubier, on le lit. Et comme l’humour, lui aussi, coule à flots, on ne s’ennuie pas. C’est James Bond sous les traits d’un major Thompson.

Robert LAFONT, collection "Vécu", 1986.
413 pages – 15,5 x 24 cms – 600 grammes.
16 pages de reproductions photographiques (N&B, papier glacé) hors-texte.
Broché, reliure souple… très beau portrait de Bob Maloubier sur dernier plat.

Etat = de minuscules micro-frottis en bord de premier plat ; une fine cassure de lecture ; et quelques petits chocs, doublés d’une légère marque de pliure, en haut à gauche (bordure extérieure) de quatrième… mais rien de vraiment grave pour autant, l’ensemble est toujours bien "carré et compact", les plats sont propres et brillants, et l’intérieur est parfait ! Un ouvrage assez rare (comme tous ceux de Bob Maloubier), qui ne demande qu’à faire le bonheur d’un passionné collectionneur.

>>> 22 €uros. / disponible. 

bob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventures
Ailleurs = 25 €uros sur naturabuy.fr / 29,80 €uros sur le-livre.com
De 11,36 (couv légèrement déchirée) à 24,88 €uros (et plus) sur Amazon.fr.
Trois exemplaire, de 18,09 à 35,80 €uros (en passant par 28,90) sur abebooks.fr
De 18,60 à 49,99 €uros sur Priceminister / 40,20 €uros sur chapitre.com
Prix honnête, moyen et conseillé : entre 25 et 30 €uros !

bob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventuresbob maloubier,espions,plongeurs,aventuriers,truands,barbouzes,services secrets,nageurs de combat,résistance,indochine,afrique,moyen-orient,11ème bataillon de choc,aventures

03/06/2016

Jean-Jacques CÉCILE - Histoire secrète des S.A.S

Jean-Jacques CÉCILE :
"Histoire secrète des S.A.S"

Pour beaucoup, le Special Air Service britannique fait partie des mythes.
Formidable machine de guerre dont les membres tutoient les sommets de l'art militaire, il demeure l'une des plus éminentes références en matière de forces spéciales. "Qui ose gagne", "Ici on mène, on suit ou on dégage" ou encore "Ils osent surpasser les autres" sont ses devises.
Dès sa création dans les sables du désert nord-africain par David Stirling en 1941, l'unité a réalisé les opérations clandestines les plus pointues et les plus dangereuses. Tragédie de Munich, conflit en Irlande, guerre en Irak… Aux quatre coins du monde, les hommes du S.A.S ont su s'adapter à toutes les menaces et être à la pointe du combat contre-terroriste.
Pour autant, l'ombre du mystère plane obstinément sur les opérations qu'ils ont menées… Dans le secret de leur antre, quelles tactiques, quelles ruses ces hommes exceptionnels ont-ils mis au point pour accomplir leurs missions ? De quels moyens disposent-ils pour surprendre l'ennemi? Et surtout, jusqu'où les " hommes en noir " de Hereford sont-ils prêts à aller pour remporter la victoire ?
A la fois documentaire passionnant et livre de référencé sur les forces spéciales britanniques, cet ouvrage retrace les plus grandes opérations du SAS et dévoile la face la plus secrète de l'establishment militaire britannique.

Ancien membre d'une unité spéciale et des services de renseignement militaires, Jean-Jacques Cécile est spécialiste de l'espionnage et des unités d'élite. Il est également l'auteur de "Chiens de guerre - Enquête au cœur des sociétés militaires privées" et de "Espions et terroristes - Les liaisons dangereuses".

Nouveau Monde éditions, 2009.
297 pages – 14 x 22,5 cms – 410 grammes.
Broché, reliure souple illustrée d’une photo N&B.

Etat = Excellent ! Quelques petites traces de manipulations ou stockage ça et là… mais rien de vraiment notable pour autant. Non cassé, compact, bien brillant, intérieur parfait, je ne suis pas sûr que ce livre ait déjà été lu… en fait !?! Un livre qui se vend 22 €uros (prix indiqué en bas de quatrième), neuf, en librairie ou chez l’éditeur… et que nous vous proposons ici, en très bon état, pour : …

>>> 7 €uros. / Vendu ! N'est plus disponible.

jean-jacques cécile,s.a.s,special air service,commandos,forces spécialesjean-jacques cécile,s.a.s,special air service,commandos,forces spécialesjean-jacques cécile,s.a.s,special air service,commandos,forces spéciales

18/12/2015

Erwan BERGOT : « Mourir au Laos »

Erwan BERGOT : « Mourir au Laos »

Dans le fracas de la chute de Diên Biên Phu, un autre désastre passe presque inaperçu : la disparition quasi-complète d’un groupement mobile opérationnel franco-vietnamien. Fort de 5000 hommes, il est anéanti le 4 juillet 1954 à 13 kilomètres d’An Khé.
« Mourir au Laos » raconte l’épopée d’un survivant de cette embuscade : le sergent Seilhac. Après une marche épuisante, il rejoint un groupe de partisans Moï, à demi-sauvages, qui mènent un combat de guérilla sur les arrières Viets près de la frontière laotienne. Seilhac participe à de nombreuses actions, d’abord par nécessité, puis par goût de la revanche, enfin parce qu’il est devenu conscient de l’importance que revêt le combat qui oppose les Moïs de la forêt aux Viets de la plaine ; ceux-là défendent leur vie, ceux-ci une politique.
Vaincus, malades et épuisés, Seilhac sera abandonné, puis trahi par le chef du commando, son compatriote. Désormais un but unique lui servira de raison de vivre : se venger. Il survivra à la brousse, à la guerre, à la maladie, mais lorsqu’il la tiendra à bout de bras, sa vengeance lui paraîtra fade et indigne. Tournant le dos à la civilisation, il reviendra vivre et sans doute mourir au Laos.

« Mourir au Laos » d’Erwan Bergot, un rescapé de Diên Biên Phu et du « Camp de l’enfer vert », est l’hallucinant récit d’un combat moyenâgeux dans la brousse, étouffante, hostile et impénétrable.

Editions France Empire, 1965.
267 pages – 19 x 14 cms – 310 grammes.
Reliure souple protégée par une jaquette couleur avec rabats / nombreuses reproductions photographiques (N&B) hors-texte. Une belle édition, délicieusement vintage !

Etat = la jaquette présente quelques minuscules frottis (visibles sur les photos) en haut à gauche de premier plat ainsi qu’au niveau des extrémités du dos… mais rien de bien grave ! L’ensemble est toujours bien compact, ladite jaquette est brillante et sans accrocs, et l’intérieur – au papier resté bien blanc – est tout simplement parfait : un très bel exemplaire !

>>> 7 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

Ann.0022_BERGOT_Mourir-au-Laos_LBC_01.jpgAnn.0022_BERGOT_Mourir-au-Laos_LBC_02.jpgAnn.0022_BERGOT_Mourir-au-Laos_LBC_03.jpg

24/11/2015

Antoine ARGOUD

Antoine ARGOUD : « La décadence, l’imposture et la tragédie »

 

Quatrième de couv’ : « Ce que personne n’avait encore osé écrire. Partisan de l’Algérie française, adversaire du général de Gaulle, dont il conteste toute l’action, le colonel Argoud est de ceux qui se rallièrent au général en mai 1958, comptant qu’il se prononcerait en faveur d’une Algérie française. L’illusion fut courte. Dans son livre, le colonel Argoud ne recule devant la description d’aucune scène, devant la mise en cause d’aucun des collaborateurs les plus proches du chef de l’Etat. Et l’on ne s’étonnera pas que cet ouvrage soit probablement le document le plus explosif de l’après Algérie française ». 

 

L’auteur : Le colonel Antoine Argoud, né le 26 juin 1914 à Darney (Vosges) et mort le 10 juin 2004 à Vittel, est un officier français. Il fit partie de l'Armée d'Armistice en Afrique du Nord puis combattit dans l'Armée Française de la Libération en Afrique et jusqu'en Allemagne. Ardent partisan de l'Algérie française, il fut dirigeant de l'Organisation Armée Secrète.

Enlevé par les barbouzes (services spéciaux français) en février 1963 à Munich, il est condamné à la réclusion à perpétuité et libéré en juillet 1968. Cet épisode qui suscita la colère des milieux nationalistes fut l'objet de nombreuses critiques de la part des partis politiques de droite et d'extrême droite. Cet incident est souvent désigné par l'expression « l'affaire Argoud ».

 

Le Livre Poste – Editions Albatros – 1990.

24 x 15,5 cms – 670 grammes.

357 pages ( + 32 pages de photos et de reproductions de documents ).

Broché, quelques très fines « griffures » et infimes traces de stockage sur premier plat, sans quoi de la tranche à l’intérieur, tout est nickel. Bel exemplaire.

>>> 6 €uros. Vendu ! Temporairement indisponible. 

 

Antoine-ARGOUD_01.jpg

Antoine-ARGOUD_02.jpg

Antoine-ARGOUD_03.jpg

Antoine-ARGOUD_04.jpg

14/10/2015

Général Raoul SALAN : Mémoires / Fin d'un Empire

Raoul SALAN / Mémoires

 

Fin d’un empire : 3 tomes sur 4

                                              

Vendus uniquement en lot ! 

 

---------------------------------------

 

Raoul SALAN : « Le sens d’un engagement. »

Mémoires – Fin d’un empire, tome 1.

 

Présentation de quatrième :

 

"Ce livre, le premier de mes mémoires, c’est par ma jeunesse que je l’ouvre. En effet, je la considère comme une vie antérieure qui m’a marqué, décidant de ma carrière, de mon engagement.
C’est pourquoi j’évoquerai en quelques pages l’école primaire, le lycée avant 1914, puis Saint-Cyr en 1917-1918, l’armistice sur la ligne de feu, le Levant d’Alexandrette à Déir ez-Zor, ma blessure, le Val-de-Grâce, Paris…

Je parlerai ensuite de mes jeunes années en Indochine, mes séjours à Cao-Bang, dans le Haut-Mékong, ou tout près du Kouang Toung… période heureuse…

La jeunesse est finie, la carrière bien engagée.

Je raconterai mon séjour au ministère des colonies avec Georges Mandel, à mon retour en France, ma mission secrète aux frontières d’Abyssinie, la guerre 39-40, la défaite, Vichy et Dakar, au deuxième bureau, et, enfin, les bords du Rhin, à la tête d’une division F.F.I., cadeau de De Lattre.

Je dirai ensuite mon nouveau départ pour l’Indochine, en 45, aux côtés de Leclerc, tous nos efforts – négociations avec les Chinois, débarquement à Haiphong, accords avec le Viêt-minh, conférences de Dalat, de Fontainebleau – pour éviter la guerre qui s’annonce… et qui, vingt-cinq ans après, dure encore."

 

 

Presses de la Cité, 1970 – 443 pages – 14 x 20,5 cms – 610 grammes.

36 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte ainsi que de très nombreuses cartes in et hors-texte. / Reliure éditeur façon cuir rouge avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette de protection illustrée en couleurs.

Etat = Un petit manque (5 mm par trois) à l’arrière de la jaquette (bord supérieur de quatrième) et deux petits accrocs (soigneusement restaurés) sur le devant…

Sans quoi, pas grand chose à signaler… ladite jaquette est toujours bien brillante, la reliure est en excellent état et l’intérieur (au papier toujours bien blanc) est tout simplement parfait ! Tout à fait bon pour le service… un livre qui ne demande qu’à rejoindre vos rayons.

>>> 8 €uros. / disponible.

 

Ailleurs = de 6,70 (exemplaires abîmés ou "acceptables") à 24,90 €uros (ex. état très bon) sur Amazon.fr / de 10 à 25 €uros sur livre-rare-book.com.

De 6 à 20/25 €uros sur Priceminister (une fois écartés les ex. abîmés à 1,50 sans description ni photos et les cramés qui proposent ce livre à 40 €uros et plus !?!??!!!), avec une énorme majorité d’ex. en bon état aux alentours de 10/12 €uros. 

 

*****

 

Raoul SALAN : « Le Viêt-minh mon adversaire. »

Mémoires – Fin d’un empire, tome 2. 

 

Présentation de quatrième :

 

"L’Indochine française, soumise de février 1940 à août 1945 à l’occupation japonaise, connaît, dès septembre 1945, la période chinoise, l’installation du Viêt-minh, puis la « convention préliminaire » signée à Hanoi le 6 mars 1946 et la demi-rupture à la conférence de Fontainebleau au mois de septembre de la même année. Le premier livre de mes mémoires relate cette époque jusqu’au départ de France de Hô Chi Minh pour rejoindre son pays. 

Le président est rentré chez lui ; des incidents où nous déplorons des morts se produisent au Tonkin et en Cochinchine. Je demeure sans commandement mais ne puis me désintéresser de ce qui se passe là-bas, et c’est malheureusement inactif que je suis les événements. Des camarades, à leur retour, m’informent. Je rencontre à Paris, venu en mission, le colonel Trocard, chef du 2ème bureau du commandant supérieur des forces françaises d’Extrême-Orient, ancien officier du service de renseignement inter-colonial que je dirigeais en 1937-1939.

– C’est une guerre qui s’annonce, lui dis-je, prenez vos dispositions…

Trocard sera tué quelques semaines plus tard.

Mon vieux camarade, le général Valluy, dans ses lettres, me fait part de ses craintes.

Le général Leclerc me demande souvent d’aller le voir à l’hôtel Continental où réside son état-major. Il me dit combien il se désespère de n’avoir pas été écouté. Puis le 19 décembre 1946, c’est l’attaque soudaine de Hanoi par le Viêt-minh. Des semaines difficiles commencent. Bien que je n’en ai pas été le témoin direct, je les décris en me basant sur les documents que j’ai recueillis .

Le début de l’année 1947 passe. Valluy me demande de revenir pour mener une offensive contre les forces Viêt-minh, dont le gros s’est replié en haute région dans le Cao-Bac-Lang (provinces de Cao-Bang, Bac Kan, Langson ) que je connais bien. J’accepte et en mai je repars.

Désormais, il faudra se battre… les combats menés par les forces françaises se termineront par la signature des accords de Genève le 22 juillet 1954.

Je quitte Saigon le 9 octobre suivant.

Nous avions perdu l’Indochine, le plus beau fleuron de l’Empire Français.

C’est la période qui va d’octobre 1946 à octobre 1954 que je décris dans ce tome de mes mémoires. A la fin de cet ouvrage, en quelques pages, je donne mon sentiment sur la phase actuelle de la guerre et sur la situation présente du Viêt-nam… cette guerre qui dure toujours. Elle avait commencé le 19 décembre 1946, il y a un quart de siècle.

La prédiction d’Hô Chi Minh : « Nous irons vers une guerre de cent ans… » Va-t-elle se réaliser ?"

 

Presses de la Cité, 1971 – 480 pages – 14 x 20,5 cms – 640 grammes.

36 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte ainsi que de très nombreuses cartes in et hors-texte. / Reliure éditeur façon cuir rouge avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette de protection illustrée en couleurs.

Etat = deux petits accrocs (soigneusement restaurés) sur la charnière et l’arrière de la jaquette, sans quoi, pas grand chose à signaler… ladite jaquette est toujours bien brillante, la reliure est en excellent état et l’intérieur (au papier toujours bien blanc) est tout simplement parfait ! Un livre qui ne demande qu’à rejoindre vos rayons.

>>> 10 €uros. / disponible.

 

Ailleurs = de 8 à 14 €uros sur Priceminister / de 16 à 25 €uros sur livre-rare-book.com.

Un ex. à 20 €uros sur Amazon.fr

 

*****

 

Raoul SALAN : « Algérie Française. »

Mémoires – Fin d’un empire, tome 3. 

 

Présentation de quatrième :

 

"Dans les deux premiers volumes de mes mémoires j’ai dit nos combats pour garder l’Indochine au sein de l'union française, et notre échec, dû à l’incapacité et à l’incompréhension gouvernementales.

J’ai fermé nos cimetières d’Hanoi… La lente dislocation de notre Empire commençait. J’en poursuis la triste histoire dans le présent livre qui a pour objet notre action en Algérie.

Après avoir évoqué en détails et avec plusieurs documents inédits la sinistre affaire du bazooka, je donne de la bataille d’Alger, qui, aujourd’hui encore, passionne l’opinion, un tableau véridique et explicite. Je dis ensuite les efforts de nos soldats, « vieille garde d’Indochine », pleine d’amertume, et jeunes du contingent, pour ramener à nous les populations musulmanes. C’est pour eux une grande réussite. Malheureusement, beaucoup de ces jeunes hommes ne reviendront pas à leurs foyers, nombreux seront les mutilés, ou ceux marqués par la maladie.

Et voilà qu’on leur refuse le titre de « combattant »…

J’évoque enfin nos problèmes frontaliers qui me conduisirent à bombarder Sakiet Sidi Youssef, déterminant ainsi le gouvernement à faire appel aux « bons offices » de l’étranger.

Cette décision, qui ulcère profondément les Français d’Algérie, est à la base de ce grand mouvement d’union nationale que fût le 13 mai 1958 et auquel je consacre la dernière partie de ce livre.

J’y explique quelles circonstances m’amenèrent à prononcer le nom du général de Gaulle et dans quelles conditions celui-ci reçut l’investiture le 1er juin.

Les pages finales de ce volume racontent par le menu le voyage du général en Algérie et comment il nous mit au cœur un espoir qui devait être déçu, lors de son discours de Mostaganem où retentit le cri célèbre : Vive l’Algérie française !"

 

Presses de la Cité, 1972 – 445 pages – 14 x 20,5 cms – 635 grammes.

48 pages (papier glacé) de reproductions photographiques hors-texte ainsi que de très nombreuses cartes in et hors-texte. / Reliure éditeur façon cuir rouge avec titre et nom d’auteur en doré sur tranche + jaquette de protection illustrée en couleurs.

Etat = jaquette intacte et toujours bien brillante, reliure est en excellent état et intérieur parfait ! Un très bel exemplaire ! 

>>> 14 €uros. / disponible.

 

Ailleurs = De 13,7 à 16,95 €uros sur Priceminister / de 16 à 25 €uros (et plus) sur Amazon.fr.

Un ex. à 30 €uros livre-rare-book

 

*****

 

Manque le tome 4,

 

Raoul SALAN : « De Gaulle et moi. »

Mémoires – Fin d’un empire, tome 4.

 

Cliquez ci-dessous pour plus de détails et le résumé de ce tome 4 manquant :

http://www.salan.asso.fr/pageLibre000100a9.html

 

-------------------------------------

 

Les 3 volumes (1368 pages / 1885 grammes) pour :

8 + 10 + 14 = 32 >>> 30 €uros.

 

Lot disponible.

 général raoul salan,général salan,raoul salan,mémoires,fin d'un empire,seconde guerre mondiale,f.f.i,viêt-minh,indochine,guerre d'indochine,hô chi minh,algérie,guerre d'algérie,de gaulle,soldat,guerriers

Ailleurs = 44 €uros les 3 (avec jaquettes) ou 26,50 (sans jaquettes) sur Priceminister.

général raoul salan,général salan,raoul salan,mémoires,fin d'un empire,seconde guerre mondiale,f.f.i,viêt-minh,indochine,guerre d'indochine,hô chi minh,algérie,guerre d'algérie,de gaulle,soldat,guerriers 

général raoul salan,général salan,raoul salan,mémoires,fin d'un empire,seconde guerre mondiale,f.f.i,viêt-minh,indochine,guerre d'indochine,hô chi minh,algérie,guerre d'algérie,de gaulle,soldat,guerriers

21/06/2015

Les grandes énigmes de l’Occupation

Collectif :

« Les grandes énigmes de l’Occupation »

 

Textes de : Jean Mabire, André Brissaud, François de Clermont-Tonnerre,

François d’Orcival et Stan-Michel Pellistrandi.

 

Tome 1

Table des matières :

01. Le jeu diplomatique secret de l’été et de l’automne 1940 ;

      par André Brissaud.

02. Les minorités ethniques devant l’Occupation ;

      par Paul Sérant.

03. Les Cagoulards dans l’organisation de la Résistance (juin 40 - juin 41) ;

      par Jean Mabire.

04. L’affaire St-Pierre-et-Miquelon, mini-aventure, immenses conséquences ;

      par François de Clermont-Tonnerre.

05. Révélations sur les énigmes Darlan ;

      par François de Clermont-Tonnerre.

 

Tome 2 

Table des matières :

01. Les énigmes Giraud, mystères de la guerre ;

      par François de Clermont-Tonnerre.           

02. Les chemins de croix de la marine française (1940-1942) ;

      par Stan-Michel Pellistrandi.

03. Une libération exclusivement française, celle de la Corse ;

      par François de Clermont-Tonnerre.

04. L’énigme du redressement de l’armée française ;

      par François de Clermont-Tonnerre.

05. Comment les SS obtinrent l’abdication du maréchal Pétain (oct-déc 43) ;

      par André Brissaud.

 

Tome 3 

Table des matières :

01. Les Français contre les Français : la Milice ;

      par François d’Orcival.          

02. Les Waffen-SS français, derniers défenseurs du bunker de Hitler ; 

      par Jean Mabire.

03. Les mystères de l’opinion publique (1940-1944) ;

      par Stan-Michel Pellistrandi.

04. La très curieuse occupation des îles anglo-normandes ;

      par Jean Mabire.

 

Editions de Crémille, 1970.

18 x 12 cms

Les 3 livres font, au total : 761 pages et 920 grammes.

Reliure cartonnée éditeur, simili-cuir noir et gris avec croix de fer, motifs et titres en vert, rouge et argent sur tranche et premier plat.

Nombreuses reproductions photographiques, hors-texte et sur papier glacé.

 

Etat = quelques petits défauts d’impression/d’usine au niveau de la sérigraphie des plats et tranches des tomes 2 et 3, sous la forme de microscopiques bavures de peinture rouge et argentée… mais bon, c’est vraiment histoire de « chichiter » ! Les reliures sont en parfait état et les intérieurs (au papier resté bien blanc) sont comme neufs… ces trois ouvrages ne demandent qu’à partager le savoir contenu en leur pages… et à rejoindre vos rayons !

 

Les 3 volumes >>> 7 €uros. / disponibles.

 

Grandes-énigmes-occupation_01.jpg

Grandes-énigmes-occupation_02.jpg

Grandes-énigmes-occupation_03.jpg

Grandes-énigmes-occupation_04.jpg

Grandes-énigmes-occupation_05.jpg

Grandes-énigmes-occupation_06.jpg

19/06/2015

Yves BREHERET : « Les Cosaques »

Yves BREHERET : « Les Cosaques »

 

Présentation éditeur :

Avril 1945. Hourré l Les nagaikas fouettent les flancs des chevaux.

Dressés sur leurs étriers, les cosaques de Von Pannwitz lancent la dernière grande charge de cavalerie de l'histoire sur la rivière Dave, en Croatie. Leur fabuleux destin, commencé dix siècles plus tôt, s'achève-t-il le 31 mai 1945 dans la vallée de Lintz ? Ou bien se sont-ils une fois de plus fondus dans le brouillard des steppes ; les cavaliers blancs de l'ataman Koulakov, avec les Rouges de Boudionny et les rôdeurs noirs de Makhno ?

Les premiers cosaques font refluer la Horde d'or tatare au XIVe siècle, chevaliers zaporogues au crâne rasé ou fils du Don paisible, ils avaient pris le nom des oies sauvages pour en faire leur symbole d'hommes libres. 

Fiers et cruels, ils ont bivouaqué sur les Champs-Elysées, conquis la Sibérie et poussé jusqu'en Alaska. Les premiers mots de l'enfant cosaque étaient pour dire "cheval", et "tirer". Ils mouraient debout, prétendant que leurs étoiles étaient plus brillantes que les autres. Les frontières de l'empire étaient sur la selle de leurs chevaux.

Ils avaient imposé en 1613 Michael Michaelovitch Romanov comme tsar de Russie et, tour à tour fidèles ou révoltés, ils devaient suivre le destin de cette lignée jusqu'à sa chute, en 1917.

Le vieil espoir d'indépendance revint alors, mais le rêve fou allait être brisé.

 

Balland, 1972 / Collection « Les corps d’élite ».

366 pages – 15,5 x 23,5 cms – 950 grammes. 

Broché (reliure souple avec rabats) – 52 pages de reproductions photographiques hors-texte.

 

Etat = Excellent de chez excellent !

Compact, brillant, tranche non-cassée, intérieur parfait… très bel exemplaire !

 

>>> 8 €uros. / Vendu ! Temporairement indisponible.

 

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_01.jpg

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_02.jpg

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_03.jpg

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_04.jpg

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_05.jpg

COSAQUES-Bréhèret-Mabire_Balland_06.jpg

29/05/2015

Grands classiques français... / Part.2

Grands classiques de la littérature française …

Dans leurs très « vintages » éditions du Livre de Poche … façon années 60.

 

Tous ces livres sont en excellent état, voire – pour quelques-uns – quasi-neufs !

Certains peuvent présenter quelques infimes marques d’usage, qui une fine cassure sur tranche, qui une petite trace de pliure en bas de quatrième… Mais nous ne vous proposons (et ne vous proposerons) ici que du bon (à 2 €uros), du « bon+ » (2,20) ou du très bon (2,50). 

 

-----------------------------------------------

 

J. BARBEY D’AUREVILLY : « Le chevalier Des Touches »

 

Un jour de décembre, quelques années avant la révolution de 1830, dans une petite ville du Cotentin, plusieurs amis se réunissent pour leur causerie du soir et, très vite, l’un d’entre eux évoque la rencontre qu’il vient de faire : celle du chevalier Des Touches, un héros de la chouannerie.

Mais le chevalier n’est-il pas mort ? Ce soir-là on remonte le temps... et devant ses amis, mademoiselle de Percy, qui y participait, raconte "l'expédition des Douze": l'enlèvement du chevalier, prisonnier à Coutances, par ses compagnons d'armes. 

De cette soirée de décembre, un enfant silencieux avait été témoin, et c’est l’auteur lui-même, qui en fait la matière de ce roman de 1864. Peu importe que Des Touches y devienne un héros plus glorieux qu’il ne le fut en réalité. L’essentiel est ailleurs : c’est que si les chouans, vers 1799, au moment de ce récit, mènent encore la guerre, ils l’ont déjà perdue.

Un royalisme désenchanté teinte ainsi tout le roman sans en atténuer la vigueur et, bien plus tard, Anatole France évoquera « l’impression très forte » que lui auront laissée ces « figures à la fois héroïques et brutales » : « Ce livre, dira-t-il, me donna le frisson. »

Le Livre de Poche – 1967 – 254 pages – 140 grammes.

Etat = Comme neuf ! Exceptionnel, même, pour un poche de 1967 !!!

>>> 2,50 €uros. / disponible.

 

Georges BLOND : « Mary Marner »

 

Un naufrage conduit un jeune marin français dans un port anglais. Là, il croise une fille étrange, fascinante, mystérieuse et plus belle qu'un rêve. Elle s'appelle Mary Marner, elle vit avec son grand-père, ancien du cap Horn, à bord d'un vieux voilier. Notre héros tombe amoureux de Mary, qui semble le lui rendre. Mais un secret redoutable menace leur bonheur.

Un Roman où l'atmosphère prenante le dispute à une intrigue particulièrement ingénieuse.

Le Livre de Poche – 1976 – 220 pages – 120 grammes.

Etat = tout simplement « comme neuf » ! Parfait !

>>> 2,50 €uros. / disponible.

 

Antoine BLONDIN : « Un singe en hiver »

 

Quatrième : « Le chauffeur n'avait plus le loisir de ralentir... Immobile, le ventre à toucher le capot, les pieds joints, Fouquet enveloppa d'un mouvement caressant la carrosserie de la voiture qui filait contre lui ; un instant, il donna l'impression qu'il allait abandonner sa veste au flanc hérissé de l'auto, mais déjà celle-ci l'avait dépassé, et, coinçant son vêtement sous son bras, il libéra sa main droite pour saluer à la ronde les spectateurs qui s'exclamaient diversement.  « Ollé », dit-il... »

Le Livre de Poche – 1962 – 247 pages – 140 grammes.

Etat = Excellent !

Un très beau Poche des années 60, au charme délicieusement vintage ! ( J’adore les aquarelles / lavis qui illustrent les plats ! )

>>> 2 €uros. / disponible.

 

Robert BRASILLACH : « Les 7 couleurs »

 

Présentation de l’éditeur : De même qu'un peintre dispose des sept couleurs du spectre pour fixer sa vision sur la toile, de même l'écrivain a le choix entre diverses techniques. Au lieu de les mêler comme les tons sur une palette, pourquoi ne pas recourir tour à tour à celle qui mettra le mieux en valeur l'événement à décrire ?

C'est le parti qu'adopte Robert Brasillach pour conter l'histoire de Patrice, de Catherine et de François. Avec Patrice, Catherine découvre les merveilles que peut offrir le Paris de 1926 à deux jeunes étudiants. Puis lui se rend en Italie, et la séparation fait son travail de sape : tandis qu'il se grise de nouveautés, Catherine épouse François. Le fantôme de Patrice est-il à jamais conjuré ? Pour en avoir douté, François s'enrôle dans la guerre d'Espagne.

Autour de ces trois destinées, Robert Brasillach brosse un tableau de l'entre-deux-guerres où une certaine jeunesse inquiète s'est laissé attirer par le fascisme.

Le Livre de Poche – 1965 / 255 pages / 140 grammes.

Un exemplaire estampillé « Bon + » >>> 2,20 €uros. / Vendu !

Ou, un autre exemplaire, un tout petit poil moins bien, à 2 €uros. / disponible.

 

Gilbert CESBRON : « Avoir été »

 

Une colonne allemande reflue vers Paris. Au bord de la route, un vieil homme, la poitrine barrée de décorations, brave l’ennemi en mémoire de ses compagnons tombés à Verdun, mais les soldats passent, indifférents. Dans un camion, une bâche se soulève : Patrick, le petit orphelin, se croit arrivé à Paris avec les Américains. Il n’est qu’au Plessis Belle-Isle avec l’ennemi. Kléber Demartin recueille l’enfant. Patrick grandit, le monde change, les fidélités anciennes sont la risée d’une jeunesse tournée vers un avenir que réprouve le vieillard. Dans la banlieue envahie peu à peu par les grands ensembles, Kleber vit le crève-cœur de ceux qui ne peuvent plus marcher avec leur temps.

Le livre de poche – 1973 – 438 pages – 230 grammes.

Bon état >>> 2 €uros. / disponible.

 

René FALLET : « Paris au mois d’août »

 

Houspillé par un automobiliste furieux de le voir flâner devant ses roues, Henri Plantin mesure la justesse des injures reçues en regagnant le refuge du trottoir. Qu’il ne soit pas grand-chose sur terre, c’est indéniable. Son bilan ? Quarante ans, une femme et trois enfants (qui se grisent actuellement d’air marin), un emploi de vendeur à la Samaritaine, l’espoir de passer chef de rayon et de trouver la bonne combinaison au tiercé. Il y en a des millions  comme lui – il n’est parmi cette foule qu’un visage anonyme sur qui personne ne se retourne.

Si, pourtant, voilà quelqu’un : cette jolie fille en robe rouge qu’il vient d’admirer au passage en songeant qu’elle est trop belle pour jamais s’intéresser à un minus comme lui. Elle s’approche, demande son chemin, accepte qu’il l’accompagne...

"Héhé" dira-t-on. Mais non ! Henri n’est pas un coureur de jupons ; sa rencontre avec cette jeune anglaise perdue dans Paris tombe à pic pour le réconforter, c’est tout, et cela lui enflamme tant et si bien le cœur qu’il en perd la tête. Henri Plantin le timide est prêt à faire n’importe quoi, même des choses héroïques, pour conquérir Pat. Et il le fait.

C’est ce qui donne son charme, sa poésie, à cette chronique ironique et tendre d’un amour d’été.

Le livre de poche – 1972 – 191 pages – 120 grammes.

>>> 2 €uros. / disponible.

 

Anatole FRANCE : Les sept femmes de la barbe bleue 

 

( Et autres contes merveilleux )

 

Quatrième de couverture : Qui ne connaît le conte où Charles Perrault relate comment la femme d’un seigneur surnommé Barbe-Bleue échappe au sort infligé par lui à ses six précédentes épouses ? Barbe-Bleue a été voué à l’exécration générale sur la foi de ce texte, mais la raison commande de ne rien croire sans preuve et Anatole France feint d’avoir trouvé la vérité sur les sept femmes de la Barbe-Bleue – alias Bernard de Montragoux, châtelain des Guillettes, homme calomnié s’il en fut.

Jugez-en sur son récit tout pétri d’inventions enrobées dans une prose musicale et précise, inspirée des poètes grecs et latins.

Le Livre de Poche – 1975 – 214 pages – 120 grammes.

Etat = brillant, sain, propre, non cassé… bel exemplaire !

>>> 2 €uros. / disponible.

 

-----------------------------------------------

 

Jean GIONO : « Colline »

 

Un débris de hameau où quatre maisons fleuries d'orchis émergent de blés drus et hauts. Ce sont les Bastides Blanches, à mi-chemin entre la plaine et le grand désert lavandier, à l'ombre des monts de Lure. C'est là que vivent douze personnes, deux ménages, plus Gagou l'innocent.

Janet est le plus vieux des Bastides. Ayant longtemps regardé et écouté la nature, il a appris beaucoup de choses et connaît sans doute des secrets. Maintenant, paralysé et couché près de l'âtre, il parle sans arrêt, « ça coule comme un ruisseau », et ce qu'il dit finit par faire peur aux gens des Bastides. Puis la fontaine tarit, une petite fille tombe malade, un incendie éclate.

C'en est trop ! Le responsable doit être ce vieux sorcier de Janet. Il faut le tuer…

Dans Colline, premier roman de la trilogie de Pan ( « Un de Baumugnes » - « Regain » ), Jean Giono, un de nos plus grands conteurs, exalte dans un langage riche et puissant les liens profonds qui lient les paysans à la nature.

Le livre de poche – 1979 – 190 pages – 100 grammes.

Bon état >>> 2 €uros. / disponible.

 

Jean GIONO : « Le serpent d’étoiles »

 

La nuit étoilée qui baigne la pastorale des bergers…

La terre, maternelle et dure, et, plus que tout : les bêtes, intermédiaires entre l’homme et la nature… Malheur à celui qui les méprise !

L’auteur, avec son enthousiasme lyrique, nous décrira le grand piétinement du troupeau en révolte, et son triomphe sur celui qui les a méconnues…

Le Livre de Poche – 1972 – 175 pages – 120 grammes.

Etat = une petite marque de stockage en bas de premier plat ainsi qu’une très fine cassure de la tranche… mais rien de vraiment notable, l’ensemble est sain, propre, bien brillant et de belle tenue !

>>> 2 €uros. / disponible.

 

-----------------------------------------------

 

Paul GUTH : « Le naïf sous les drapeaux »

 

A peine vainqueur des  pièges tendus par l’Université à ses étudiants, voici le nouvel agrégé repris par d’autres terreurs : les périls du servi-ce militaire remplacent, dans ses cauchemars, les traquenards des verbes grecs – et c’est, blindé par la méthode Coué, le cœur faussement allègre que le Naïf pénètre dans la caserne de Saint-Cloud pour son initiation aux armes.

Miracle du paquetage fait au carré, des bandes molletières bien tendues, joie de la marche à pied, triomphe du « Présentez… armes ! » – le Naïf est prêt pour la guerre. Cinq ans plus tard, elle vient.

Adieu femme, adieu Paris, adieu lycée, le professeur troque sa toge contre le casque et le fusil.

Dans cet épisode martial de la chronique du Naïf, Paul Guth s’amuse à peindre une période triste avec des tons gais et conjure le tragique du moment par la satire bon enfant de son célèbre personnage avec la « douce guerre ».

Le livre de poche – 1964 – 253 pages – 160 grammes.

Etat = Bon+ >>> 2,20 €uros. / disponible.

 

Paul GUTH : « Le naïf aux 40 enfants »

 

« J'étais en pays d'oïl. Sous le glacis d'accent pointu que je m'imposais, à aucun prix ne devait percer la pointe d'ail de ma langue d'oc.

La première phrase, articulée au seuil de mon premier poste, me semblait être le Sésame de ma carrière. Je renfonçai donc dans ma gorge les bouffées de chaleur méridionale qui me poussaient à prononcer : « Jo souis lo nouvô professor do lettro ».  A travers mon gosier, si serré qu'on n'aurait pas pu y enfiler une aiguille, je flûtai, à la parisienne : « Jeu suis leu nuveau preufessur de lettru ».

Puis, je laissai glisser, de biais, sur mon visage, l'ombre d'un sourire. »

Ainsi commence Le Naïf aux 40 enfants, roman étincelant d'humour, tendre aussi et touchant.

Le livre de poche – 1969 – 251 pages – 150 grammes.

Bon état >>> 2 €uros. / disponible.

 

-----------------------------------------------

 

Pierre LOUŸS : « Les chansons de Bilitis »    

 

« Les Chansons de Bilitis » sont publiées en 1894 : il s'agit prétendument d'une traduction due à Pierre Louÿs de l'œuvre d'une poétesse antique fictive, à qui Louÿs attribue des poèmes érotiques et passionnés. L'ouvrage est précédé d'une Vie de Bilitis, retracée par le traducteur et suivi de plusieurs pages de notes.

Bilitis serait une jeune grecque du 6ème siècle avant J.C, qui aurait vécu sur l'île de Lesbos… où elle aurait été rivale de Sappho. En fait, Bilitis est un personnage fictif dont Pierre Louÿs est l'auteur : recueil de poèmes en prose, il y déploie toute son érudition et sa connaissance des textes poétiques grecs. C'est l’amour pour la langue, un style simple et le plus juste possible, qui permet de dégager une grande force au service de la sensualité et de l’amour saphique. Louÿs pousse la mystification jusqu'à insérer dans son recueil des pièces poétiques mentionnées comme « non traduites », et par donner des références bibliographiques, entre autres des articles d'un archéologue allemand imaginaire, le Pr. G. Heim ( Geheim et Geheimnis signifient « secret » en allemand )…

La critique se laissa abuser par cette supercherie littéraire, jusqu’à ce que Pierre Louÿs révèle la mystification.

Le Livre de Poche, 1966 – 242 pages – 140 grammes.

Bon état >>> : 2 €uros. / disponible.

 

Pierre MAC ORLAN : « Mademoiselle Bambù » 

 

( Filles, ports d’Europe et Père Barbançon )

 

Un soir qu’il pleut sur Hambourg, le capitaine Hartmann se prend à égrener le souvenir des gens qu’il a connus, aimés, combattus même. Car Hartmann, homme d’aventures, s’est trouvé plongé dans la vie curieuse à double et triple face qui est le lot des espions. Aussi a-t-il eu affaire au redoutable Père Barbançon, aussi a-t-il pu regretter jusqu’à l’heure des tempes grises la gracieuse signorita Bambũ. Ont-ils existé, ces gens du « peuple de la nuit » ?  Bien sûr, mais d’une autre manière, dira-t-on au confident du capitaine. Et qui sont-ils, ces deux-là, sinon peut-être Mac Orlan lui-même qui se souvient de sa jeunesse dans ces récits où le réel côtoie l’imaginaire.

Le Livre de Poche – 1966 – 192 pages – 120 grammes.

Etat = une tranche « finement nervurée » indique que l’ouvrage a été lu, mais par quelqu’un de très soigneux, car l’intérieur (nickel) et les plats (toujours bien brillants) sont comme neuf !!!

>>> 1,80 €uros. / disponible.  

 

Guy de MAUPASSANT : « Les contes de la bécasse » 

 

Chaque automne, un vieux chasseur régalait ses amis de bécasses. Les têtes de ces délicieux oiseaux étaient données à un seul convive désigné par le sort. Et ce dernier, pour dédommager les autres, devait raconter une histoire. Les seize nouvelles de ce recueil se situent presque toutes en Normandie où Maupassant vécut une jeunesse heureuse. Ses paysans chasseurs, ses aristocrates, sa rempailleuse, ses pêcheurs sont saisis sur le vif dans leur vie quotidienne. La folie de la femme qui a perdu toute sa famille, l'avarice sordide de la maîtresse du petit chien, la triste vieillesse des danseurs de menuets, la revanche de l'épouse bafouée, Maupassant voit tout dans les détails les plus poignants. Le célèbre auteur de Bel-Ami nous donne dans ce recueil ses meilleurs contes.

Le livre de poche – 1973 – 255 pages – 140 grammes.

Etat = quelques infimes marques de manip’, sans quoi il serait quasiment comme neuf !?!

« Bon+ » >>> 2,20 €uros. / disponible.

 

-------------------------------------------------------

 

François MAURIAC : « Les anges noirs »

 

Quatrième : Pendant les vacances, le jeune Gradère retrouve au château Du Buch, où il est invité, Adila Du Buch et sa cousine Mathilde. Adila, plus âgée que le narrateur, jeune fille sans grâce et très pieuse, souffre de la passion qu'elle éprouve pour ce garçon qui, lui, est attiré par la jeune Mathilde.

Devenu étudiant à Bordeaux, Gradère ne tarde pas à goûter aux charmes de la ville en se faisant entretenir par une prostituée, jusqu'à ce que celle-ci soit dénoncée et que son patron, un cafetier de Bordeaux, y mette un terme. Il va tirer désormais ses subsides d'Adila, avilie et humiliée qui devient sa maîtresse.      

Le Livre de Poche – 1976 – 256 pages – 130 grammes.

Etat = Plats bien brillants, tranche non cassée, intérieur parfait… quasiment comme neuf !

>>> 2,50 €uros. / disponible. 

 

François MAURIAC : « Le nœud de vipères »

 

Un coffre-fort vide, c'est la surprise que le maître de Calèse réservait à ses héritiers, coup de théâtre préparé de longue main pour se venger d'une famille aux yeux de qui il n'est que le possesseur détesté d'une fortune supposée énorme.

Elle l'est, car ce grand avocat d'affaires sur la place de Bordeaux a su faire fructifier son héritage et ses gains. Il a toujours tenu les siens par l’argent et entend garder jusqu'à la fin l'instrument de son pouvoir, sans souci des convoitises qui s'exaspèrent autour de lui. Son fils Hubert ne songe-t-il pas à obtenir contre lui une mesure d'internement sous prétexte de protéger le patrimoine familial ?

En écrivant à sa femme la lettre d'explications qui devait trôner dans le coffre vide, il rit sous cape d'un rire amer.

Et la lettre s'allonge, devient le récit d'une guerre commencée très vite après les noces, le jour où Louis a compris qu'il a épousé par amour Isabelle Fondaudège mais qu'elle s'est mariée avec lui par intérêt. L'intérêt, puissant ressort caché sous le voile des bons sentiments, ce roman incisif en démasque le jeu dans cette histoire d'une famille bourgeoise qui est aussi celle d'un amour meurtri.

Le livre de poche – 1974 – 287 pages – 150 grammes.

Etat = comme neuf ! Très bon >>> 2,50 €uros. / disponible.

 

-------------------------------------------------------

 

H. de MONTHERLANT : Le Maître de Santiago ( Théâtre )

 

Des cinq chevaliers de Saint Jacques qui se rendent chez don Alvaro Dabo pour la réunion mensuelle de l’ordre, don Bernal est le plus intéressé à convaincre leur hôte de s’en aller au Nouveau-Monde chercher fortune. Son fils Jacinto n’est-il pas épris de Mariana Dabo ?

Un seul obstacle s’oppose à leur union : la pauvreté de Mariana. Mais qu’importe à don Alvaro l’ambition de ces « hommes de terre », lui dont l’idéal est de se rapprocher de Dieu en répudiant la richesse et son cortège de compromissions ?

Don Bernal tend l’unique piège où il puisse se prendre – un faux émissaire le sollicitera de la part du roi. L’austère Maître de Santiago sent vaciller sa volonté de retraite quand soudain, Mariana s’élance et révèle la supercherie… 

« Ce chef d’œuvre étrange, écouté dans le plus profond silence par un public qui a oublié d’applaudir au baisser du rideau... d’étonnement. J’ai été moi-même abasourdi. Entendu dire beaucoup de sottises sur Montherlant et, en particulier, sur cette pièce. Que leur faut-il donc ? Je ne comprends pas qu’ils ne sachent pas au moins garder le silence devant une œuvre d’une telle beauté, beauté irritante peut-être, exaspérante même, parce que l’auteur avec tout son génie, touche à des choses très graves avec une sorte d’insolence qui fait peur ». (Julien Green, Journal, t.V, 1951)

Le Livre de Poche – 1964 – 176 pages – 130 grammes.

Etat = Quelques infimes traces/marques de manipulation(s) et/ou stockage, un petit « frottis » (1 mm) en haut de tranche. Mais franchement rien de grave, ni même de foncièrement notable ! 

Ensemble compact et bien brillant, intérieur propre et sain…

Bon pour le service ! >>> 2 €uros. / disponible. 

 

Egalement disponible dans l’édition 1966 : …

 

Henry De MONTHERLANT : « Le maître de Santiago »

 

Le livre de poche – 1966 – 176 pages – 120 grammes.

Etat = Bon+ >>> 2,20 €uros. / disponible.

 

-------------------------------------------------------

 

Henry de MONTHERLANT : « Les bestiaires »

 

En 1909, âgé de treize ans, Henry de Montherlant assistait pour la première fois à une course de taureaux à Bayonne, et se prenait de passion pour l’art des toreros.

L’année suivante, il allait seul, en Espagne, pendant les vacances, et se faisait initier à la tauromachie par le matador Relampaguito. En 1911, il mettait à mort de jeunes taureaux dans une plaza privée, près de Burgos, et son nom paraissait pour la première fois dans les journaux français et espagnols. Une des coupures le concernant est citée à la fin de ce volume.

Vers 1930, le journaliste et poète provençal Marius André racontait, dans un article de l’Action Française, qu’il avait entendu chanter à la terrasse d’un café de Séville cette copla en l’honneur de Montherlant :

 

Un Français, dans l’arène,

Toréait un novillo (taureau de quatre ans)

Il faisait si bien les choses

Que el bicho se maravillò.

 

Livre de Poche – 1968 – 248 pages – 140 grammes.

Etat = Quelques infimes traces/marques de manipulation(s) et/ou stockage… mais franchement trois fois rien ! Ensemble compact, plats bien brillants, intérieur propre et sain…

Bon pour le service ! >>> 2 €uros. / disponible.   

 

Henry de MONTHERLANT : La Reine Morte ( Théâtre )

 

« Le vieux roi aimerait que son fils épousât l'Infante de Navarre pour des raisons politiques, peu importe qu'ils s'aimassent ou non, il n'a plus aucune illusion, ni sur l'amour, ni sur l'humain en général. Son fils n'a que faire du pouvoir et a bien compris que son bonheur personnel ne passait pas par les exigences du trône, c'est pourquoi il a de longue date préféré une belle bâtarde plutôt que l'Infante d'un quelconque royaume, aussi mirifique et bon pour le Portugal soit-il.

Évidemment, c'est un revers pour la politique royale, pour l'Infante bafouée et la vie de la dulcinée du Prince ne tient plus alors qu'à un fil, sachant que les conseillers du roi, qui eux n'ont aucun intérêt dans le bonheur du prince mais par contre en ont probablement dans les alliances intéressées poussent à la roue pour évincer la belle roturière… »…

"Théâtre, Montherlant, La Reine morte"… des mots qui peuvent faire peur à celui qui n'est pas tellement adepte des classiques ni du Théâtre ni des choses un peu vieilles comme on croit en déceler à chaque fois qu'on entend parler de rois ou de reines de temps révolus et lointains. Je conçois qu'on ne soit pas forcément très sensible au cadre formel, contraignant, des pièces de Théâtre et que, ce faisant, l'on s'avance toujours prudemment sur le terrain parfois lourd ou glissant de la prose si particulière à ce genre. Je conçois qu'on ressente toujours une certaine appréhension quand on se lance dans les bras d'un auteur qui nous est inconnu et dont la réputation forme comme une chape de plomb au-dessus de nos têtes.

Personnellement, je n'avais jamais lu de Montherlant avant d'aborder cette pièce et je peux seulement dire qu'elle m'a donné l'envie d'en lire d'autres. Quelle ne fut pas ma surprise de trouver chez cet écrivain français du XXe des accents dignes de Lope de Vega et des intonations qui ne sont pas sans me rappeler un Shakespeare ! (Par Nastasia-B, pour Babelio.com)

Le Livre de Poche – 1963 – 187 pages – 140 grammes.

Etat = Excellent ! Plats bien brillants et quasiment sans traces, tranche non cassée, ensemble toujours bien compact, intérieur sain et propre… on peine à croire que cette petite chose à plus de cinquante ans ; tant il paraît quasiment comme neuf !!!!!

>>> 2,50 €uros. / disponible.

 

-------------------------------------------------------

 

Henry de MONTHERLANT : « Les célibataires »

Montherlant dépiaute l’animal humain, et nous montre, en fin connaisseur du genre, toutes ses faiblesses. Les hommes, les femmes ; les aristos, les gens du peuple ; personne n’est épargné.

Léon de Coantré, si timide et pourtant mesquin, radin, pusillanime, vit avec son oncle, Élie de Coëtquidan, un breton méchant, sale, aigri. Octave de Coëtquidan, plus prétentieux que son frère, joue le « genre moderne américain » en glissant des mots anglais dans toutes ses phrases ; mais il est aussi coincé, lâche et vénal que les autres.

Les trois hommes, célibataires et engoncés dans leur paresse quotidienne, vivent de leur petitesse et de leur médiocrité. Bourgeois et pauvres, ils doivent quitter la demeure familiale, dont le loyer est devenu trop élevé, et gagner de l’argent. Partant de cette condition, Montherlant suit les traces de leurs sécrétions : les « gens du monde » ne sortiront pas indemnes d’un roman féroce, impoli et follement transgressif. Comme les œuvres de Zola, la fin est tragique et jamais trompeuse.

Le style est jubilatoire ; on palpe le plaisir d’écrire, de dépouiller le genre humain ; on jubile ; on adore. Montherlant, délecté des entrailles humaines, plie la langue française à ses exigences, sans jamais être lassant ni faux, non plus que lourd et banal.

On ferme le livre repu, heureux d’avoir rencontré un auteur rare, sublime et surprenant.

( Par Lybertaire, pour bibliolingus.fr )

Le Livre de Poche – 1962 – 247 pages – 170 grammes.

Etat = Quelques infimes traces/marques de manipulation(s) et/ou stockage, un petit « frottis » (3 ou 4 mm de large sur 1 de haut) en haut du premier plat… mais franchement pas de quoi fouetter un chat, ni même une musaraigne !!! 

Ensemble compact et bien brillant, intérieur propre et sain… bon pour le service !

>>> 2 €uros. / disponible.   

 

-----------------------------------------------------------------------

 

Roger NIMIER : « Histoire d’un amour »

 

En 1918, Michèle Vilmain qui dirige une maison de couture à Paris, retrouve Plilip Walden, un jeune peintre autrichien qu’elle a connu dans le tumulte de la guerre. Ardent, mais faible, il aime cette femme de génie qui ne prendra vraiment conscience de sa propre passion qu’au moment où le jeune homme cédant à l’indécision de son caractère et surtout refusant tout engagement profond va l’abandonner. Après une tentative de suicide, Michèle forme le projet de se venger ; elle fait connaître à Philip, Anne, une toute jeune fille qu’elle « construit », façonne, engage corps et âme dans une aventure dont elle veut garder la haute manœuvre. Mais si Philip revient enfin à Michèle par lassitude, si la petite Anne sort brisée par cette première expérience, n’a-t-on pas la conviction que l’Histoire d’un amour vient de s’achever dramatiquement ?

Au moyen d’une écriture à la fois éclatante et tendue, Roger Nimier nous propose ces êtres douloureux et cyniques, associés autant à leur destin qu’à l’époque de folie et de destruction dont ils sont issus.

Le livre de poche – 1964 – 191 pages – 140 grammes.

Etat = la tranche, incurvée et au pelliculage abîmé, nous indique que le livre a été lu, relu et même re-relu ! Mais bon, hormis ce défaut – inhérent à une très grande majorité des Livre de Poche des années 60 – le reste est plutôt pas mal ! Les plats sont toujours bien brillants, l’intérieur est très bien (propre, sain et tutti quanti) et l’ensemble tout à fait bon pour le service.

>>> 1,40 €uros. / disponible.  

 

Roger NIMIER : « Les enfants tristes »

 

Olivier Malentraide promène un regard narquois sur la faune qui l’entoure : beau-père bougonnant, mère coquette et infidèle, demi-frère abruti par les livres. Son ami Didier ne semble pas mieux partagé. Le monde n’est-il donc peuplé que de gens imparfaits ? Le jeune Olivier se rebelle contre le conformisme général. Puis vient l’interlude de la guerre.

Dans Paris redevenu libre, la verve insolente d’Olivier fait merveille. Pour secouer son ennui, la blonde Tessa joue avec lui et le perd : sous son armure étincelante, il cache une âme tendre éprise de grandeur et de beauté. Ils iront chacun leur chemin, elle vers d’autres futilités, lui vers une carrière littéraire et deux curieuses « petites filles », Dominique et Catherine. Il aime la première et se marie avec l’autre. Ensuite ? Il n’y aura pas d’ensuite pour ces enfants tristes à travers qui Roger Nimier décrit avec éclat une jeunesse passionnée qui ne lui a pas été étrangère.

Le livre de poche – 1965 – 446 pages – 230 grammes.

Etat = quelques fines nervures sur la tranche, de petites traces de stockage et manipulations de-ci de-là… il est clair que le livre a été lu et relu ! Mais l’intérieur est nickel, l’ensemble toujours compact et bien brillant… et, c’est donc sans hésiter que je l’estampille « bon… pour le service » !

>>> 2 €uros. / disponible. 

 

------------------------------------------------------------

 

Louis PERGAUD : « La guerre des boutons »

 

Il commença par la blouse, il arracha les agrafes métalliques du col, coupa les boutons des manches ainsi que ceux qui fermaient le devant de la blouse, puis il fendit entièrement les boutonnières, ensuite de quoi Camus fit sauter ce vêtement inutile ; les boutons du tricot et les boutonnières subirent un sort pareil ; les bretelles n'échappèrent point, on fit sauter le tricot.

Ce fut ensuite le tour de la chemise : du col au plastron et aux manches, pas un bouton ni une boutonnière n'échappa...

- T'as pas de « caneçon » ? Non ! reprit Lebrac, en vérifiant l'intérieur de la culotte qui dégringolait sur les jarrets. - Eh bien, maintenant, fous le camp !

Le livre de poche – 1968 – 384 pages – 230 grammes.

Etat = une très fine cassure sur tranche ainsi que quelques infimes traces de manip’, mais rien de vraiment notable, bon+ !

>>> 2,20 €uros. / disponible.

 

Louis PERGAUD : « De Goupil à Margot »

 

Avant d’écrire sa célèbre Guerre des boutons, Louis Pergaud écrivit ces « Histoires de bêtes », qui lui valurent le prix Goncourt en 1910.

« À leur vérité physiologique et psychologique s’ajoute l’art de choisir les situations, de ménager les péripéties, de nous mettre en présence d’aventures surprenantes, d’utiliser l’observation, l’intuition, le raisonnement, en conteur excellant à évoquer les luttes clandestines des terriers, les drames des sous-bois et des nids, à tisser le réseau de ruses, de feintes et de pièges qu’exigent […] la poursuite de la proie et la lutte contre l’homme et son chien. » (Roger Denux).

Le Livre de Poche – 1970 – 189 pages – 120 grammes.

Etat = Quelques infimes marques-traces « d’usage », mais rien de vraiment notable !

Tout à fait bon pour le service !

>>> 1,70 €uros. / disponible. 

 

------------------------------------------------------------

 

Arthur RIMBAUD : « Poèmes »

 

( Présenté par Paul Claudel )

 

Le livre de poche – 1960 – 179 pages – 140 grammes.

Etat = un infime défaut de pelliculage sur la tranche sans quoi, il est nickel…

>>> 2 €uros. / disponible.

 

Arthur RIMBAUD : « Poésie Complètes »    

 

( Illuminations / Une saison en enfer / Autres poèmes ) 

 

Présenté par Paul Claudel

Le Livre de Poche – 1963 / 248 pages – 170 grammes. 

Comme neuf !!!>>> 2,50 €uros. / disponible.

 

------------------------------------------------------------

 

Antoine de SAINT-EXUPERY : « Courrier Sud »

 

Ce roman reprend, en l’amplifiant, le tout premier texte de Saint-Exupéry : « L’Aviateur », publié en 1926 dans la revue Le Navire d’argent. Le personnage de son livre, Jacques Bernis (déjà héros de « L’Aviateur ») est pilote des lignes Latécoère, comme l'auteur.

Il achemine le courrier vers l’Amérique du Sud où la compagnie Latécoère assure une partie du courrier aérien à destination de l’Europe depuis 1926. Comme Saint-Exupéry, Jacques Bernis fait un métier dangereux qui rend difficile la vie paisible dont rêve Geneviève, la femme qu'il aime et dont il se sépare…

Le Livre de Poche – 1963 / 183 pages – 140 grammes…

Très bon état >>> 2,50 €uros. / disponible. 

 

Boris VIAN : « L’herbe Rouge » 

 

Serait-on heureux... si l'on obtenait sur-le-champ "ce que l'on désire le plus au monde"? La plupart des gens répondent oui, le sénateur Dupont aussi. Wolf, quant à lui, prétend que non. Pour le prouver, il va chercher l'objet des vœux du sénateur : un ouapiti. A la suite de quoi, le sénateur Dupont tombe dans un état de béatitude qui ressemble fort à de l'hébétude. 

Bien que le sénateur Dupont ne soit qu'un chien, ce spectacle déprimant accroît encore la mélancolie de Wolf. Vivre doit être autre chose qu'une oscillation de pendule entre cafard et sotte félicité. Pour en avoir le cœur net, Wolf utilise la machine qu'il a inventée avec l'aide de son mécanicien Saphir Lazuli. D'une plongée à l'autre, qu'apprendra-t-il… et où plonge-t-il ?

C'est le secret de L'Herbe rouge, qui est aussi celui de Boris Vian – sous le travesti de l'humour noir, il met en scène ses propres inquiétudes avec la frénésie d'invention burlesque qui l'a rendu célèbre.   

Le Livre de Poche – 1971 / 225 pages / 140 grammes.

>>> 2 €uros. / disponible. 

 

jules barbey d’aurevilly,georges blond,antoine blondin,robert brasillach,gilbert cesbron,rené fallet,anatole france,jean giono,paul guth,pierre louŸs,pierre mac orlan,guy de maupassant,françois mauriac,henry de montherlant,roger nimier,louis pergaud,arthur rimbaud,antoine de saint-exupery,boris vian,grands classiques,classiques,théâtre,aventures,poésie,hussards

 jules barbey d’aurevilly,georges blond,antoine blondin,robert brasillach,gilbert cesbron,rené fallet,anatole france,jean giono,paul guth,pierre louŸs,pierre mac orlan,guy de maupassant,françois mauriac,henry de montherlant,roger nimier,louis pergaud,arthur rimbaud,antoine de saint-exupery,boris vian,grands classiques,classiques,théâtre,aventures,poésie,hussards

11/05/2015

Jean LARTÉGUY

Jean LARTEGUY : « L’adieu à Saigon »

 

Dans ce récit, vécu et rédigé sur place, des dernières heures de Saïgon, Jean Lartéguy décrit la disparition d’une ville et d’un monde qu’il avait intimement connus et parfois passionnément aimés comme soldat, journaliste, écrivain. Il essaie en même temps de répondre à cette question : Comment l’une des armées les mieux équipées du sud-est asiatique a-t-elle pu s’effondrer en deux mois, pratiquement sans se battre ? Qui était Thieu ? Quel fut le rôle de la France ?

Il révèle enfin pourquoi Saïgon n’a pas brûlé et comment, un  mercredi, se joua son sort entre un vieux général recru de fatigue et de jeunes officiers qui voulaient mourir.

Presses Pocket – 1976 – 314 pages – 170 grammes.

Etat = Plats bien brillants (une petite pliure de 2 mm en bas à droite de couv’ et c’est tout), tranche non cassée, intérieur en parfait état ;  seules quelques rousseurs éparses (au dos des plats et sur pages de garde) nous indiquent que le livre a dû passer quelques années au grenier… Mais bon, rien de bien grave il n’a pas pris l’humidité pour autant (il est même bien compact) et il ne demande qu’à reprendre du service, sur vos rayonnages !

>>> 2,20 €uros >>> 1,80 €uros. / disponible. 

 

Jean LARTEGUY : « Les Prétoriens »

 

Avec le nouveau roman de Jean Lartéguy, nous allons voir les Centurions devenir Les Prétoriens. Le meurtre d'un de leurs camarades entraîne, en effet, les amis d'Esclavier et Boisfeuras à déborder le cadre normal de l'action militaire et à « faire de la politique ». Rien ne pourra plus endiguer ce torrent d'hommes farouches, pas même ceux qui, d'Alger ou de la Métropole, essayent de les soumettre. Par-delà le complot principal du 13 mai, auquel ils vont servir d'instruments, ils ont ce jour-là un complot à eux, ici raconté pour la première fois et dont le succès aurait peut-être changé le cours ultérieur de la guerre d'Algérie.

Les Prétoriens acculés au suicide ou à la démission - ou bien à de nouveaux complots…

Presses pocket – 1976 – 380 pages – 200 grammes.

Etat = quelques menues marques de stockage ( petites traces de choc en haut de premier et dernier plats…), mais rien de grave. L’ensemble est de bonne tenue, la tranche non cassée et l’intérieur sain et propre. Bon pour le service.

>>> 2,80 €uros. / disponible. 

 

Jean LARTEGUY : « Le mal jaune »

 

Ce roman est l’histoire de deux villes qui n’existent plus : Hanoï et Saïgon.

Il y a bien dans le delta du Tonkin une ville qui porte encore le nom d’Hanoï, comme dans le delta du Cochin-Chine une autre qui s’appelle toujours Saïgon. L’une est la capitale d’une république autoritaire et bureaucratique, l’autre d’un état papelard et anachronique. Elles sont prudes, hypocrites et si leurs parcs sont ratissés et leurs bâtiments repeints, elles n’ont plus rien à voir avec les deux villes métisses qui, nées de l’union des Blancs et des Jaunes, moururent de leur divorce. 

C’étaient deux belles métisses infidèles et tendres, cruelles et sensuelles, paresseuses, violentes, impudiques et secrètes.

Ceux qui les aimèrent – et ils furent nombreux – contractèrent auprès d’elles un mal dont ils n’arrivent point à se guérir : le Mal Jaune ; une sorte de nostalgie qui devient poussée de fièvre certains soirs de cafard, certains jours d’abandon. Je dédie ce livre à tous ceux qui, comme moi, furent atteints de cette maladie pernicieuse et éprouvent encore un certain plaisir à l’entretenir.

Les presses de la cité – 1963 – 377 pages – 21,5 x 13,5 cm – 510 grammes.

Couverture cartonnée recouverte de tissu jaune avec inscriptions en rouge + jaquette en couleurs.

Etat = Un petit accro (5 mm) sur jaquette en haut de quatrième, ainsi qu’un bas de tranche très légèrement « talé »… sans quoi il serait presque parfait !?! Un bel exemplaire, en excellent état !

>>> 4 €uros. / disponible. 

 

Jean LARTEGUY : « Les mercenaires »

 

1955. Lorsqu’ils débarquent à Marseille, par une froide matinée de novembre, un an et demi après Diên Biên Phu, d’Esclavier, de Boisfeuras et quelques-uns de leurs compagnons, officiers comme eux de l’armée française, sont devenus des étrangers à leur propre pays.

Si la France vient en effet d’abandonner l’Indochine, les hommes qui constituent ce petit groupe ne se considèrent nullement comme des vaincus. Esclavier et Boisfeuras ont tout simplement subi une défaite au cours d’une guerre qui ne ressemblait à aucune autre, à laquelle ils n’étaient pas préparés.

Au contact des communistes vietnamiens, qui se sont vainement occupés de les « rééduquer », les deux officiers ont compris que, pour lutter à armes égales contre des révolutionnaires, il fallait soi-même le devenir. Cette mue douloureuse est irréversible. Amis, parents, supérieurs hiérarchiques ne reconnaissent plus les hommes qu’ils ont quittés – abandonnés ? – plus d’une année auparavant. Des hommes qui, jetés sans transition dans une autre fournaise – en Algérie cette fois - essaieront de tirer sur tous les plans la leçon de Diên Biên Phu, en patriotes révoltés, en héros désespérés qu’ils sont à jamais devenus.

Presses Pocket – 1978 – 437 pages – 230 grammes.

Etat = petites marques/traces de lectures, stockage et manipulations… une ou deux fines nervures sur une tranche au bas très légèrement frotté… il est clair que le livre a été lu et relu ! Mais par un/des lecteur(s) très soigneux, puisqu’en fait ce ne sont que de micro-mini défauts de rien du tout, qui donnent plus une agréable « patine » à l’ensemble, qu’autre chose !

Tout à fait bon pour le service ! >>> 1,80 €uros. / disponible. 

 

Ou : …

 

Jean LARTÉGUY : « Les Mercenaires »

( Qui se souvient encore de la guerre de Corée ? )

 

A ma connaissance, aucun mercenaire ne répond plus à la définition qu'en donne le Larousse : "soldat qui sert à prix d'argent un gouvernement étranger".

Les mercenaires que j'ai rencontrés et dont parfois j'ai partagé la vie combattent de vingt à trente ans pour refaire le monde.

Jusqu'à quarante ans, ils se battent pour leurs rêves et cette image d'eux-mêmes qu'ils se sont inventée. Puis, s'ils ne se font pas tuer, ils se résignent à vivre comme tout le monde - mais mal, car ils ne touchent pas de retraite - et ils meurent dans leur lit d'une congestion ou d'une cirrhose du foie.

Jamais l'argent ne les intéresse, rarement la gloire, et ils ne se soucient que fort peu de l'opinion de leurs contemporains. C'est en cela qu'ils diffèrent des autres hommes.

Presses Pocket – 1966 – 437 pages – 290 grammes.

Etat = Excellent de chez excellent !

Un pocket « volume triple » (3,5 cms d’épaisseur, exactement le double de l’exemplaire proposé juste au-dessus, alors qu’il n’est pas imprimé plus gros ! La qualité du papier était toute autre dans les années 60 !), dont la tranche est absolument intacte… et qu’il suffit d’entrouvrir pour comprendre qu’il n’a jamais été lu ! Un cadeau… le prix indiqué en bas de quatrième est masqué au marqueur noir… qui n’a pas fait plus plaisir que ça, et qui est resté inviolé pendant presque 50 ans (jusqu’à la mort du propriétaire !?) avant d’arriver chez nous via une « bourse aux livres » !

Délicieusement vintage… et dans un état pour le moins exceptionnel !

>>> 3,60 €uros. / disponible. 

 

------------------------------------------------

 

jean larteguy,saïgon,vietnam,hanoï,indochine,diên biên phu,esclavier,boisfeuras,guerre d'algérie

jean larteguy,saïgon,vietnam,hanoï,indochine,diên biên phu,esclavier,boisfeuras,guerre d'algérie

jean larteguy,saïgon,vietnam,hanoï,indochine,diên biên phu,esclavier,boisfeuras,guerre d'algérie